Les fausses "fosses communes" inventées par Julien Paluku

14/11/2013
14/11/2013

Fin octobre, le gouverneur du Nord-Kivu, Julien Paluku, affirmait qu’avaient été trouvées des fosses communes, à Kibumba, dans un secteur contrôlé jusque-là par le M23. Une enquête internationale a été menée pour vérifier ce qu’il en était. Il s’avère quen guise de "fosses communes", s’il y avait bien trois sites, un seul comportait jusqu’à cinq squelettes. Tous étaient particulièrement anciens, jusqu’à "plusieurs dizaines d’années", remontant possiblement à la période 1994-96. De plus, ils semblaient avoir été déplacés et disposés récemment. Ni "fosses communes", ni attribuables au M23, il ne s’agissait que d’un ballon de désinformation. Une manipulation de plus.

PDF - 429.6 ko
Mis en ligne par L’Agence d’information
 14/11/2013
 http://lagencedinformation.com/051-les-fausses-fosses-communes.html
Sauf mention contraire, droits de reproduction et diffusion autorisés selon la licence Creative Commons Attribution BY-SA 4.0

Les habits neufs de l’empire
Guerre et désinformation dans l’Est du Congo

Acheter en ligne (Aviso éditions)


 En savoir plus

PDF 429.6 ko

 _22fosses_communes_22.pdf

Voir aussi

Résolution 2098 de l’ONU

 Résolution 2098 (2013), adoptée par le Conseil de sécurité à sa 6943 eme séance, le 28 mars 2013. La résolution 2098, rédigée par la France et adoptée le 28 (...)

Résolution 2098 (2013), adoptée par le Conseil de sécurité à sa 6943 eme séance, le 28 mars 2013.

La résolution 2098, rédigée par la France et adoptée le 28 mars dernier, prévoit la création d’une Brigade d’intervention spéciale sous l’autorité de la mission onusienne en République Démocratique du Congo (MONUSCO).

Cette brigade, dont l’objectif affiché serait de neutraliser les différents groupes armés présents au Kivu (M23, les FDLR, les Forces démocratiques alliées, l’APCLS, la LRA, les Forces nationales de libération (FNL), les divers groupes Maï Maï et les autres groupes armés), semble néanmoins avoir pour cible principale les combattants du M23.

Mis en ligne par L’Agence d’information

 18/06/2013

RDCongo. Quand la Communauté Internationale comprendra-t-elle (ou mieux, (...)

 L’Agence d’information présente ici en exclusivité un document explosif. Il s’agit de la réflexion critique, signée par un pseudonyme, d’un officiel de la (...)

L’Agence d’information présente ici en exclusivité un document explosif. Il s’agit de la réflexion critique, signée par un pseudonyme, d’un officiel de la MONUSCO, la mission des Nations unies au Congo démocratique, sur l’attitude et les choix des acteurs internationaux de la crise congolaise. Tout en remettant en question pas mal d’idées reçues, le texte jette une lumière troublante sur les relations de Kinshasa avec ses partenaires et pose des questions brûlantes sur l’avenir d’un pays qui n’arrive pas à sortir d’une zone de hautes turbulences

The agence d’information presents an exclusive and explosive document. It is some critical thoughts, signed under a pseudonym, by an official of the MONUSCO, the mission of the United nations in the Democratic republic of Congo, and is about the attitude and the choices of the international protagonists of the Congo crisis.

Mis en ligne par L’Agence d’information

 5/03/2015

Le feu et la machette

 Depuis 9 ans jour par jour, l’acte de génocide de Gatumba, dont les responsables courent toujours, évoque la tragédie congolaise d’un Etat bâti sur la haine (...)

Depuis 9 ans jour par jour, l’acte de génocide de Gatumba, dont les responsables courent toujours, évoque la tragédie congolaise d’un Etat bâti sur la haine raciale et dont les raisons semblent aujourd’hui partagées par les grandes puissances et les hautes instances des Nations Unies

Today, exactly 9 years ago, day by day, the Gatumba massacre, an act of genocide, was a Congolese tragedy whose perpetrators are still at large. The tragedy is the image of a state built on hatred and racial division, which seems today to be shared by the Western powers and the top executives as well as the entire structure of United Nations.

Mis en ligne par L’Agence d’information

 13/08/2013