1998 : Appel à la haine anti-Tutsi par Abdoulaye Yerodia @ L'Agence d'Information

Si vous avez déjà un compte L’Agence d’Information, connectez-vous ci-dessous:.

1998 : Appel à la haine anti-Tutsi par Abdoulaye Yerodia

Ministre des Affaires étrangères de la République Démocratique du Congo

21/10/2013 Documents

En 1998, Abdoulaye Yerodia Ndombasi, alors Ministre des Affaires étrangères de Laurent Désiré Kabila, tenait des discours très virulents, appelant les Congolais à "l’auto-défense", les encourageant à exterminer les populations congolaises et étrangères désignées comme agresseurs ou soutiens "infiltrés" des agresseurs – les rwandophones et les Tutsi (rwandais et congolais).


Les commentaires sont ouverts! Forum en bas de page.

"Des microbes qu’il faut qu’on éradique avec méthode", peut-on entendre dans cette video retrouvée parmi les archives de Youtube. Le nouveau Goebbels enjoignait ses compatriotes à « l’élimination de la vermine » tutsi.

Ce véritable appel à l’extermination sera entendu lorsque plusieurs centaines de tutsi sont massacrés dans le pays, dont plus de 500 à Kinshasa. « Les Tutsi risquent de connaître la triste expérience des Juifs : ils sont perfides, brutes, rancuniers et sanguinaires », expliquait le directeur de cabinet de Laurent-Désiré Kabila, grand prophète de la guerre des races.

Quelques années plus tard, en 2006, Yerodia réitérait ses appels à la haine, prévenant les Tutsi, lors d’un meeting à Goma : « Si vous ne retournez pas chez vous, on vous mettra des bâtons dans le derrière pour s’assurer que vous partiez. » (Bakchich.info)

Propos qui rappellent ceux des génocidaires rwandais, qui ont abouti au crime de 1994.

Ils nous rappellent que la haine anti-Tutsi – et plus largement, contre les populations rwandophones congolaises – s’est durablement installée en République Démocratique du Congo depuis l’indépendance et a souvent été instrumentalisée, avec succès, par le pouvoir.

Jamais aussi bien toutefois que sous la houlette de Yerodia.

La rhétorique raciste s’est systématisée ces dernières années suite aux rebellions armées menées par le CNDP puis le M23. A Kinshasa, la capitale, mais aussi à Goma et Bukavu, dans les Sud et Nord Kivu, des groupes se disant représentatifs de la "société civile", des médias (radios et sites internet) ou encore des responsables politiques ne prennent parfois même plus la peine de dissimuler leur appel à la haine envers les populations congolaises rwandophones.

Abdulaye Yerodia n’aura échappé aux poursuites de la justice internationale que grâce à l’immunité diplomatique dont il a pu bénéficier en étant un temps ministre des affaires étrangères. Aujourd’hui, c’est en tant que vice-président de Joseph Kabila qu’il évite d’être poursuivi pour crimes contre l’humanité.

Abdoulaye Yerodia Ndombasi sur Trials.ch : Profile 994

Mandat d’arrêt international émis le 11 avril 2000 par un juge d’instruction Belge. Ordre d’annulation du mandat d’arrêt émis par la Cour Internationale de Justice le 14 février 2002 au motif que son immunité empêche toute procédure d’inculpation émanant d’une juridiction étrangère.

Catégories de crime :
Crimes contre l’humanité
Atteinte à la vie
Atteinte à la liberté
Autres persécutions et apartheid

• Court montage - à but informatif et d’archive - effectué à partir d’une vidéo trouvée sur YouTube... et publiée le 12 juillet 2012. Source non précisée (apparemment un reportage de télévision). N’hésitez pas à renseigner la source si vous la connaissez.

Vos commentaires

  • Le 27 octobre 2013 à 13:47, par Gaétan Sebudandi En réponse à : 1998 : Appel à la haine anti-Tutsi par Abdoulaye Yerodia

    Ce document, à l’origine, fut diffusé sur les antennes de la Radio TV congolaise, avec les conséquences dramatiques que l’on sait. Je m’en souviens très précisément. D’autant plus que c’est à un de mes cousins germains, Jean Damascène Rudasingwa, que les autorités de Kigali confièrent la mission de coordonner, à partir de Brazzaville, le rapatriement des rescapés de cette horrible épuration ethnique.

    On peut d’ailleurs obtenir la confirmation du déroulement de ces tragiques épisodes, dûs à la xénophobie des diirigeants de Kinshasa, auprès de l’Ambassadeur du Rwanda à Paris, Jacques Kabale, dont l’épouse est une nièce de J.D. Rudasingwa.

Commenter

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

rss rss
 Contactez-nous si vous souhaitez participer à L’Agence d’Information.

Vous pouvez soutenir L’Agence d’Information
en faisant un don
(carte bancaire, CB, Visa, ...)

 L'info quotidienne de l'Agence
Recevoir tous les jours dans votre boite e-mail les derniers articles.


 La lettre d'information
Recevoir toutes les semaines les dernières dépêches et articles publiés.

Une fois inscrit(e), vous pouvez:
 Mon espace Archivez sur votre Espace vos sites, rubriques, articles, mots-clés et auteurs favoris. Le contenu de votre Espace est régulièrement mis à jour avec les derniers articles publiés dans les rubriques ou sur vos sites favoris.
 Ma Sélection Enregistrement rapide de contenus dans votre Espace - à lire plus tard ou sur lesquels vous voulez revenir.

Pour envoyer des documents en pièces jointes, c'est ici: Contact 


Envoyer un message

L’Agence d’Information | "Une agence de presse spécialisée pour rétablir droit et devoir d’information"

Back to top

Sauf mention contraire, droits de reproduction et diffusion autorisés selon la licence CC BY-SA 3.0
2013 · 2017 | (CC) L’Agence d’Information

Contact |  A propos |  Conditions d'utilisation