Rumeurs de coup d’état raciste à Kinshasa

27/06/2013
27/06/2013

Le vieil opposant Etienne Tshisekedi préparerait un coup d’état pour renverser Joseph Kabila ces tout prochains jours. Des manifestations sur différents thèmes sont annoncées à Goma comme à Kinshasa.

Old time opposition leader, Etienne Tshisekedi, could be preparing a coup d’état, in the next days. Demonstrations on different issues will be held in Goma and Kinshasa.

La rumeur d’un coup d’état enfle à Kinshasa où des tracts circulent en ville appelant au renversement du "tutsi" Joseph Kabila. Simultanément à Goma, épicentre oriental de la politique congolaise, d’autres tracts appellent à des manifestations contre le concessionnaire des travaux de voirie publique – accusé d’incurie.

Un article du Kongo Times détaille le scénario : il pourrait s’agir d’un coup d’état au bénéfice d’Etienne Tshisekedi, considéré comme le président élu des dernières élections de 2011 – du fait des nombreuses irrégularités qui avaient permis la victoire de Kabila.

Ces tracts appellent au "jour de libération" : le 30 juin. S’inscrivant dans la logique de l’intervention de l’ONU, il s’agit de "chasser tous les mercenaires rwandais, le M23". Est également évoqué à répétition un "ultimatum" de François Hollande – à Kabila ? – qui aurait expiré le 14 juin, sans qu’on puisse en savoir plus.

Selon les diverses sources, l’échéance de cet éventuel coup d’état est annoncée pour fin juin-début juillet.

Crédibilisant la rumeur, le Kongo Times précise : "le Président élu, Etienne Tshisekedi contrôle réellement une bonne quantité des militaires FARDC et policiers", et ne cache pas ses sympathies : "Etienne Tshisekedi, vrai détenteur des aspirations profondes du Peuple Congolais".

Le caractère raciste de cette mobilisation semble faire peu de doutes, le coup d’état s’appuyant sur "les officiers généraux de souche congolaise".

Ses auteurs considèrent bénéficier du soutien au moins tacite de la Monusco – les 20 000 hommes des troupes onusiennes mobilisés sur le territoire congolais, et renforcé ces jours d’une brigade "offensive" à l’orientation également très anti-rwandaise.

On parlait aussi hier de la mobilisation de troupes congolaises et rwandaises de part et d’autre de la frontière orientale.

[Source : l’Agence d’Information - dépêche n°7]

Mis en ligne par L’Agence d’information
 27/06/2013
 http://lagencedinformation.com/013-rumeurs-de-coup-d-etat-raciste-a.html
Sauf mention contraire, droits de reproduction et diffusion autorisés selon la licence Creative Commons Attribution BY-SA 4.0

Les habits neufs de l’empire
Guerre et désinformation dans l’Est du Congo

Acheter en ligne (Aviso éditions)


 En savoir plus

Voir aussi

RDC : Appel urgent au Président Macron

 Aujourd’hui, on tue à Kinshasa. C’est à la mitrailleuse que l’armée tire sur la foule descendue dans les rues pour contester le régime de Joseph Kabila (...)

Aujourd’hui, on tue à Kinshasa.

C’est à la mitrailleuse que l’armée tire sur la foule descendue dans les rues pour contester le régime de Joseph Kabila prolongé au-delà de son deuxième mandat sans même un simulacre d’élection.

Rappelons, Monsieur le Président, que cette répression intervient moins d’un an après l’ouverture, en juillet, d’un centre de formation pour les hauts gradés de l’armée rdcongolaise, formation aux techniques de contre-insurrection assurée par des instructeurs français.

Depuis plusieurs années, dans ce pays ravagé par la misère, on a pu voir l’action délétère du général Baillaud, instrumentalisant diverses milices et bandes armées à seule fin de déstabilisation, ceci prenant des proportions effrayantes, d’abord au Kivu, et maintenant au Kasaï, où les sbires de Kabila ne reculent devant aucun des sales procédés de la « guerre révolutionnaire » chère à l’armée française depuis les années 50.

Nous demandons ici solennellement le rappel du général Baillaud, ainsi que la fermeture immédiate de cette école militaire criminelle ouverte à Kinshasa sous votre responsabilité.

Nous dénonçons aussi le fait que la France – et l’Espagne [1] – aient osé bloquer toute protestation européenne, de même que la France paralyse l’ONU sur ce dossier depuis bien longtemps.

Nous demandons que la France renonce à sa fonction de « penholder » [2] au Conseil de sécurité, et rappelle au besoin son ambassadeur auprès de cet organisme, afin de permettre à la communauté internationale de regarder la situation plus impartialement.

L’Agence d’Information
La Nuit rwandaise

Mis en ligne par L’Agence d’information

 21/01/2018

RDC : Grandes manœuvres en catimini

 Derrière l’écran de fumée du « Dialogue » sollicité par le pouvoir, le ballet diplomatique et les initiatives autour du fichier électoral dévoilent la réalité (...)

Derrière l’écran de fumée du « Dialogue » sollicité par le pouvoir, le ballet diplomatique et les initiatives autour du fichier électoral dévoilent la réalité inéluctable du maintien au pouvoir du président Kabila au-delà du délai constitutionnel de décembre 2016.

Behind the smokescreen of "dialogue" requested by the government, the diplomatic ballet and initiatives around the electoral register reveal the inescapable reality of staying in power of President Kabila beyond the constitutional deadline of December 2016.

Mis en ligne par L’Agence d’information

 24/01/2016

Fin de partie en RDC ?

 Où l’on signale l’importance de l’accord signé entre les USA et l’Angola, le 17 mai 2017, pour le vingtième anniversaire du renversement de Mobutu. Que Luanda ait (...)

Où l’on signale l’importance de l’accord signé entre les USA et l’Angola, le 17 mai 2017, pour le vingtième anniversaire du renversement de Mobutu. Que Luanda ait aussitôt massé ses troupes à la frontière de la RDC semble confirmer que cet accord, dans lequel Washington invite l’Angola à faire le gendarme de la région, pourrait bien être suivi d’effet. Si c’était le cas, c’est l’ensemble de l’ordre françafricain, avec sa guerre révolutionnaire et ses pseudos "forces de maintien de la paix de l’Onu", qui pourrait s’effondrer comme un château de cartes...

Mis en ligne par L’Agence d’information

 1er/06/2017