RDC Congo Les Nations Unies cèdent à Kabila

25/03/2015
25/03/2015

Encore une fois, le chef de l’Etat est gagnant sur la MONUSCO qui va préparer un « vetting » sur mesure pour dédouaner les indexés. La dite « communauté internationale » ne fait pas l’économie des compromis avec un régime en plein virage dictatorial. Serait-il pour reprendre la main sur les manœuvres pré-électorales qui étaient entrain de lui échapper ?

Selon plusieurs sources concordantes -dont un document confidentiel de l’Armée belge, un officier des renseignements des FARDC, et un officiel du département politique de la MONUSCO, la mission onusienne en RDC-, les autorités de cette dernière se préparent à blanchir les deux haut gradés des Force armées congolaises (FARDC) accusés de graves violations de droits de l’homme.
Récapitulons les faits. Après la nomination du général Asinda Fall comme commandant de la 34e région militaire du Nord Kivu et du général Bruno Mandevu à la tête des opérations SUKOLA 2 censées mener la traque contre les Forces démocratiques de libération du Rwanda (FDLR) -principal groupe armé de l’Est de la RDC, héritier des milices et de l’armée responsables du génocide des Tutsi au Rwanda- la MONUSCO a retiré toute forme de soutien aux FARDC, d’où la crise actuelle de ses relations avec le gouvernement de Kinshasa.
Ces deux haut gradés sont classifiés comme « rouges » par la United Nations Human Right Due Diligence Policy (UN HRDDP) et par conséquent inéligibles à recevoir un appui de la part des casques bleus.
La MONUSCO et le Département des Opérations de maintien de la Paix (UN Departement for Peacekeeping Operations – DPKO) avaient demandé aux autorités concernées de nommer au commandement de la 34e région militaire et des opérations SUKOLA 2 des autres officiers à la place des généraux Fall et Mandevu. Fin de non recevoir de la part du gouvernement de la RDC, qui avait évoqué un principe intangible de souveraineté nationale. L’attitude avait ravivé le climat de tension avec l’ensemble de la communauté internationale suite aux séquelles de la répression des manifestations du 19-23 janvier et l’arrestation, à Kinshasa, de militants burkinabès et sénégalais avec mise à garde à vue d’un diplomate de l’Ambassade USA.

Général Bruno Mandevu

Suite à la réunion du Conseils de sécurité des NU du 19 mars, il semble que le gouvernement congolais ait obtenu gain de cause dans son contentieux avec la MONUSCO. L’allemand Martin Kobler, patron de cette dernière, qui avait précédemment fait la grosse voix, est en train de changer de cap et de blanchir les deux haut gradés FARDC en liste rouge. Il s’est ainsi exprimé par la voix de son chef militaire, le général brésilien Carlos Dos Santos Cruz, qui vient de proposer au Haut Commandement des FARDC des réunions conjointes pour « mitiger les risques » de dérapages en matière de droits de l’homme, d’ « évaluation commune des capacités et des risques », de « prévention des violations ». Des circonlocutions gentilles en vue d’une reprise de la collaboration avec Fall et Mandevu.
Les mêmes sources font état à l’Agence d’information d’un certain désarroi -et ce n’est pas la première fois- au sein de la MONUSCO, où l’on se pose des questions sur l’utilité du programme de « vetting » (UN HRDDP).

Sikabwe Fall

« A l’heure où les violations des droits de l’homme sont récurrentes en RDC, ce programme semble avoir comme seule fonction de jeter la poudre aux yeux du peuple congolais. Il veut faire apparaître la MONUSCO et plus en général la communauté internationale comme soucieux de l’Etat de droit en RDC. Cela n’est guère le cas et le soutien au gouvernement se poursuit avec le plus bel élan. En réalité, le seul ennemi de la MONUSCO est celui qui met en danger le pouvoir en place. Puis, que ce pouvoir soit géré par un tyran, cela n’a pas d’importance ! », nous déclare depuis Bruxelles une source sécuritaire qui a préféré garder l’anonymat

Angiolina Bella

Mis en ligne par L’Agence d’information
 25/03/2015
 http://lagencedinformation.com/088-rdc-congo-les-nations-unies-cedent.html
Sauf mention contraire, droits de reproduction et diffusion autorisés selon la licence Creative Commons Attribution BY-SA 4.0

Les habits neufs de l’empire
Guerre et désinformation dans l’Est du Congo

Acheter en ligne (Aviso éditions)


 En savoir plus

 En images

Voir aussi

L’ONU déclare la guerre

 L’ONU a donné un ultimatum au M23 de déposer les armes sous 48 heures, soit avant jeudi 16 heures, après quoi la brigade offensive constituée de Tanzaniens et (...)

L’ONU a donné un ultimatum au M23 de déposer les armes sous 48 heures, soit avant jeudi 16 heures, après quoi la brigade offensive constituée de Tanzaniens et de Sud-africains pourraient intervenir aux côtés des FARDC associées aux FDLR et Maï-Maï.

The UN has given an ultimatum to the M23 to disarm within 48 hours, before Thursday at 4pm, after which the "offensive brigade" with Tanzanians and South Africans could intervene alongside the FARDC and FDLR associated with Mai-Mai.

Mis en ligne par L’Agence d’information

 31/07/2013

Fin de partie en RDC ?

 Où l’on signale l’importance de l’accord signé entre les USA et l’Angola, le 17 mai 2017, pour le vingtième anniversaire du renversement de Mobutu. Que Luanda ait (...)

Où l’on signale l’importance de l’accord signé entre les USA et l’Angola, le 17 mai 2017, pour le vingtième anniversaire du renversement de Mobutu. Que Luanda ait aussitôt massé ses troupes à la frontière de la RDC semble confirmer que cet accord, dans lequel Washington invite l’Angola à faire le gendarme de la région, pourrait bien être suivi d’effet. Si c’était le cas, c’est l’ensemble de l’ordre françafricain, avec sa guerre révolutionnaire et ses pseudos "forces de maintien de la paix de l’Onu", qui pourrait s’effondrer comme un château de cartes...

Mis en ligne par L’Agence d’information

 1er/06/2017

RDC. Ne Muanda Nsemi serait-il en Angola ?

 Une implication de l’Angola n’est pas à exclure dans les événements du 17 mai. Demeurent à ce jour opaques les circonstances comme les responsabilités et le sens (...)

Une implication de l’Angola n’est pas à exclure dans les événements du 17 mai. Demeurent à ce jour opaques les circonstances comme les responsabilités et le sens de cette attaque qui aura permis, parmi beaucoup d’autres, la libération de Ne Muanda Nsemi, leader politico-religieux, lequel aurait trouvé refuge en Angola. Il est à noter que ceci intervient dans un contexte de tensions entre la RDC et son puissant voisin qui, le 21 mai, mobilisait ses troupes le long de la frontière.

Mis en ligne par L’Agence d’information

 25/05/2017