RDC. Sanctions (2) : Paris quitte et… double

23/05/2017
23/05/2017

Cédant aux pressions anglaises, la France aurait finalement accepté que le puissant patron des renseignements congolais, son protégé, soit inclus parmi les officiels soumis aux sanctions, mais à la place du général Mundos…

23/05/ 2017

Le correspondant de l’Agence d’information (AI) à Bruxelles nous rapporte que, suite aux derniers développements du débat entre Etats membres dans la commission pour les sanctions de l’Union européenne (UE) concernant la république démocratique du Congo (RDC), le représentant de la France aurait finalement cédé aux pressions anglaises pour que Kalev Mutond – le chef des renseignements de Kinshasa – soit blacklisté [lire l’AI du 21/05, RDC. Sanctions : Kalev or not Kalev].

La discussion aurait été laborieuse. Paris aurait exigé en contrepartie la levée du nom – qui figurait dans la liste – du général Akilimali Muhindo, dit Mundos. Ce dernier a été plusieurs fois cité, autant dans les rapports de l’ONU que par des Ong indépendantes, comme l’un des organisateurs et exécuteurs des massacres de civils à Beni, dans l’Est de la RDC, entre octobre 2014 et décembre 2016.

Il est actuellement en service au Kasaï, où ses hommes – les tristement célèbres Hiboux – sont à nouveau à l’œuvre dans le bataillon créé par le Général Delphin Kahimbi [Voir l’AI du 10/05, [RDC/Kasaï. Le bataillon « gris » de Kananga–>http://www.lagencedinformation.com/111-rdc-kasai-le-bataillon-gris-de.html]], responsable d’exactions contre les populations, victimes, selon le Bureau conjoint aux droits de l’Homme des Nations unies (BCDHNU), de nombreuses exécutions extrajudiciaires.

Les modalités de cet échange, qui témoigne d’un certain malaise de la maison de Bruxelles dans ses relations avec le gouvernement congolais, auraient été suggérées au délégué français par les renseignements de son pays, soucieux de préserver un homme agissant au cœur de l’engrenage répressif en RDC.
La prolongation de ces tractations retarde aussi la publication et l’application des sanctions, que tous les membres de la Mission sur place – où règne une fébrilité accentuée par les derniers événements (assassinat des deux experts des Nations unies, évasions…) – ne voient pas de bon œil.

L’Agence d’information

Mis en ligne par L’Agence d’information
 23/05/2017
 http://lagencedinformation.com/114-rdc-sanctions-2-paris-quitte-et.html
Sauf mention contraire, droits de reproduction et diffusion autorisés selon la licence Creative Commons Attribution BY-SA 4.0

Les habits neufs de l’empire
Guerre et désinformation dans l’Est du Congo

Acheter en ligne (Aviso éditions)


 En savoir plus

Voir aussi

Un nouveau front au Nord Kivu ?

 Evasions de prison, apparitions de nouveaux fronts politico-militaires : les adversaires du pouvoir de Joseph Kabila se multiplient, à l’heure où l’ONU (...)

Evasions de prison, apparitions de nouveaux fronts politico-militaires : les adversaires du pouvoir de Joseph Kabila se multiplient, à l’heure où l’ONU prétend le renforcer.

Jailbreaks, emergence of new political and military fronts, opponents of Joseph Kabila multiply, at a time when the UN claims to strengthen it.

Mis en ligne par L’Agence d’information

 3/07/2013

Les leçons de Nairobi

 Les conclusions du dialogue de Kampala avec les protocoles d’accord signés par les parties comportent davantage d’engagements pour Kinshasa que pour le M23. (...)

Les conclusions du dialogue de Kampala avec les protocoles d’accord signés par les parties comportent davantage d’engagements pour Kinshasa que pour le M23. Et démontrent, à postériori, que la défaite de ce dernier était virtuelle. Le président Kabila en tiendra-t-il compte, maintenant que le président Museveni, artisan de la solution pacifique, sort de la scène ?

The conclusions of the dialogue of Kampala with draft agreements signed by the parties contain more commitments for Kinshasa than for M23. And demonstrate, a posteriori, that the defeat of the latter was virtual. Will president Kabila take it into account, now that president Museveni, craftsman of the peaceful solution, goes out of the stage ?

Mis en ligne par L’Agence d’information

 16/12/2013

Pour la libération de Laurent Nkunda

 Cinq ans après la mise en résidence surveillée au Rwanda – et dans une situation de non-droit –, de l’homme qui, seul, avait esquissé un dessein de paix pour la (...)

Cinq ans après la mise en résidence surveillée au Rwanda – et dans une situation de non-droit –, de l’homme qui, seul, avait esquissé un dessein de paix pour la région des Grands Lacs, on revient sur les causes de la déstabilisation dans l’Est de la RDC, que les acteurs occidentaux de la crise congolaise persistent à ignorer, et auxquelles en revanche le président du CNDP avait voulu s’attaquer au prix de sa liberté. Pour cela, son élargissement demeure une étape fondamentale pour le rétablissement de la stabilité et la fin des violences.

Five years after the house arrest in Rwanda – and in a situation of lawlessness –, of the man who alone had sketched a plan for peace in the Great Lakes region, the debate reopens on the causes of the destabilization in eastern DRC, that the Western actors of the Congolese crisis continue to ignore, and which on the other hand the President of CNDP wanted to address, at the cost of his freedom. His enlargement is a fundamental step towards the restoration of stability and an end to violence.

Mis en ligne par L’Agence d’information

 24/01/2014