7/09/2013

Depuis un an, les États membres de la CIRGL, appuyés par la majorité des pays de l’East African Community, s’opposent à la solution militaire voulue par la France, Kinshasa et le Département des opérations de maintien de la paix de l’ONU (DPKO). Un défi gagné, si l’on considère les conclusions des dernières assises de Kampala, d’autant plus importantes face aux risques d’une confrontation générale entre les États de la région.

Over the past year, the ICGLR member states, supported by the majority of countries in the East African Community, oppose the military solution aimed by France, Kinshasa and the Department of Peacekeeping Operations of the UN (DPKO). A successful challenge, considering the decisions taken by the last summit held in Kampala, specially important regarding the risks of a global confrontation between the states of the region.

07 / 09 / 2013

Convoqué en urgence par le président ougandais Yoweri Kaguta Museveni suite aux derniers combats au Kivu entre la rébellion du M23 et la coalition soutenant Kinshasa, le septième Sommet des chefs d’Etat de la Conférence internationale de la région des Grands Lacs (CIRGL) a ordonné, jeudi 5 septembre 2013, le retour « dans les trois jours » des belligérants aux pourparlers de Kampala. Le dialogue, lit-on dans le communiqué final rédigé le 5 et diffusé le lendemain, « ne doit pas excéder le durée maximale de 14 jours pendant lesquels un maximum de retenue doit être exercée (par les parties) sur le terrain pour permettre aux discussion d’aboutir ».

En s’écartant des déclarations de Mme Mary Robinson, envoyée spéciale du Secrétaire générale de l’ONU dans les Grands Lacs, qui avait demandé au mouvement rebelle de « déposer les armes », le sommet de Kampala se limite à enjoindre au M23 de « cesser toute activité militaire ». Les accusations onusiennes d’un soutien apporté aux insurgés par le Rwanda ne sont pas non plus mentionnées dans le texte qui, dans ses deux premiers points, condamne « avec vigueur » les bombardements de la ville congolaise de Goma et des villages situés dans le district de Rubavu, en territoire rwandais.

Il mandate également le Mécanisme conjoint de vérification élargi (MCVE) —créé pour détecter tout « mouvement » transfrontalier et dont tous les Etats de la région font partie — de mener une enquête rapide afin de repérer l’origine des tirs.

Rappelons que, pour permettre le déroulement de cette enquête, à laquelle le gouvernement de Kinshasa s’était en principe opposé, le M23, en date 30 août, avait accepté de reculer de 5 kilomètres de la ligne de front, selon la demande qui lui avait été adressée par Martin Kobler, patron de la mission de l’ONU en RDC (Monusco).

Par ailleurs, un officiel du ministère ougandais des Affaires étrangères, l’ambassadeur James Mugume a confirmé que le brigadier général Muhesi demeure le commandant du MVCE. Le général avait été déclaré persona non grata par le gouvernement de Kinshasa le 15 juillet. Peu avant cette date, le MCVE avait établi que d’autres tirs de roquettes en territoire rwandais provenaient des positions tenues par l’armée régulière (FARDC).

Figure de proue de la diplomatie africaine dans la recherche d’une solution à la crise congolaise et hôte du Sommet, le président Museveni déclarait le jeudi 5, en clôture des travaux : « Bien que l’attention des média soit concentrée sur Goma (autour de laquelle se sont déroulés les combats entre la coalition des FARDC et la rébellion), il y a d’autres zone infestées par des groupes armés aussi bien congolais qu’étrangers. »

Le 28 mars 2013, la résolution 2098 du Conseil de sécurité de l’ONU avait autorisé le déploiement d’une Brigade offensive (BI) au sein de la Monusco pour combattre les groupes armés et les forces négatives agissants dans l’Est de la RDC. Depuis son entrée en fonction fin août, la BI avait attaqué — en soutien de la coalition des FARDC — les positions du M23, le seul parmi les groupes armés qui s’oppose au gouvernement de Kinshasa.

L’agence d’information

Mis en ligne par L’Agence d’information
 7/09/2013
 http://lagencedinformation.com/043-la-solution-africaine.html
Sauf mention contraire, droits de reproduction et diffusion autorisés selon la licence Creative Commons Attribution BY-SA 4.0

Les habits neufs de l’empire
Guerre et désinformation dans l’Est du Congo

Acheter en ligne (Aviso éditions)


 En savoir plus

Voir aussi

L’ONU déclare la guerre

 L’ONU a donné un ultimatum au M23 de déposer les armes sous 48 heures, soit avant jeudi 16 heures, après quoi la brigade offensive constituée de Tanzaniens et (...)

L’ONU a donné un ultimatum au M23 de déposer les armes sous 48 heures, soit avant jeudi 16 heures, après quoi la brigade offensive constituée de Tanzaniens et de Sud-africains pourraient intervenir aux côtés des FARDC associées aux FDLR et Maï-Maï.

The UN has given an ultimatum to the M23 to disarm within 48 hours, before Thursday at 4pm, after which the "offensive brigade" with Tanzanians and South Africans could intervene alongside the FARDC and FDLR associated with Mai-Mai.

Mis en ligne par L’Agence d’information

 31/07/2013

L’intox des shebbabs du M23

 Depuis plusieurs jours, court, enfle, se répand par de multiples voix, une nouvelle figure de diabolisation du M23 : il aurait recruté des shebbabs, des (...)

Depuis plusieurs jours, court, enfle, se répand par de multiples voix, une nouvelle figure de diabolisation du M23 : il aurait recruté des shebbabs, des intégristes musulmans de Somalie, et pour un peu deviendrait la nouvelle antenne d’Al Quaeda au cœur du Kivu.

Morceau d’anthologie, l’article de Colette Braeckman, publié sur son blog. D’après l’armée congolaise, les attaques en cours dans le Beni seraient le fait d’une alliance de Maï Maï et de l’ADF-Nalu ougandaise, nous dit-elle. Mais elle y voit néanmoins confirmation de la prédiction du gouverneur Julien Paluku : celui-ci annonçait que des Shebbabs attaqueraient.

Plus sérieusement, un rapport de l’ONU, daté du 20 juin 2013, décrit les troupes de l’ADF sans évoquer de shebbabs – mais n’en est pas moins ajouté comme éléments à charge. De toutes façons, cette présence serait confirmée par les "services d’informations burundais et ougandais" et par des "sources policières" congolaises.

Mais "d’autres sources policières", interrogées par Braeckman, "mettent également en cause le mouvement M23"… Une "preuve" ? Le chef du département jeunesse du M23, Ali Musagara, serait "de confession musulmane". Il aurait ainsi non seulement des prédispositions pour le djihad international, mais de plus des "facilités pour recruter au sein de sa communauté". Pire encore : "le président de la communauté musulmane du Nord Kivu serait proche du M23"...

La journaliste note entre parenthèses que "la communauté musulmane de Goma connaît une rapide expansion". Ainsi, contre le M23 l’antitutsisme ne suffit plus – il est vrai que la plupart de ses membres ne sont pas Tutsi –, la xénophobie anti-rwandaise marche moyennement – il s’agit manifestement d’un mouvement nationaliste congolais. Alors ils pourraient aussi bien être islamistes ?

Il ne manquait plus que cette plume à l’épouvantail parfait que la propagande dresse par touches pour tenter de justifier de cette guerre injustifiable.

L’Agence d’Information

Mis en ligne par L’Agence d’information

 14/07/2013

Le Colonel Epenge gagne son procès contre les “combattants”

 Un responsable du M23, le colonel Epenge, se voyait menacé, à Paris, par des militants congolais qui se qualifient eux-mêmes de “combattants”. Ayant échappé, (...)

Un responsable du M23, le colonel Epenge, se voyait menacé, à Paris, par des militants congolais qui se qualifient eux-mêmes de “combattants”. Ayant échappé, en décembre 2012, à une intimidation lourde où ceux-ci tentaient de forcer la porte de son domicile, il a réussi à faire condamner son principal agresseur devant le Tribunal de Bobigny.

Mis en ligne par L’Agence d’information

 4/07/2013