14/07/2013

Le M23 déclare avoir été attaqué, ce dimanche à 14 heures, non seulement par des FDLR et Maï Maï Nyatura comme les fois précédentes, mais par les FARDC, qui tenteraient de le déloger de ses positions surplombant Goma, à Mutaho, où ine importante bataille s’est déjà produit le mois dernier.

Il dénonce par ailleurs le fait que les forces gouvernementales aient progressivement avancé depuis une quinzaine de jours, jusqu’à se retrouver à vingt mètres des lignes du M23.

Communiqué n°46 du M23

Une fois de plus, les armes parlent sur la ligne de front. Depuis 14h, l’assaut des
forces gouvernementales sur nos positions à Mutaho est en cours. Il ne s’agit pas
que de leurs alliés traditionnels, les FDLR et les Nyatura, mais des Forces Armées
de la République Démocratique du Congo qui sont en première ligne d’attaque.

Notre Mouvement condamne avec la dernière énergie cette reprise de la guerre à
l’initiative du Gouvernement congolais et rappelle l’opinion qu’en date du 9 juillet
2013 la Direction du Mouvement avait prévenu le gouvernement Kinshasa que
l’Armée Révolutionnaire Congolaise répondra avec fermeté aux prochaines
initiatives guerrières des FARDC après les actes de provocation de samedi 6 et
mardi 9 juillet 2013 contre nos positions à Kanyarucinya. A ce sujet, nos forces
armées viennent de recevoir des instructions précises : elles doivent réserver une
réponse ferme et efficace à l’adversaire de manière à décourager son initiative et à
garantir la sécurité totale des populations qui habitent nos espaces.

Il est également à rappeler nos multiples dénonciations, tant auprès du facilitateur
du dialogue de Kampala que dans les médias, de l’avancée en une quinzaine des
jours des forces gouvernementales de 1 km jusqu’à une distance de seulement 20
mètres de nos positions.

Le Mouvement du 23 Mars réitère son attachement aux pourparlers de Kampala
qu’il considère comme seule voie susceptible de résoudre les causes profondes du
conflit dans notre pays.

Fait à Bunagana, le 14 juillet 2013

Le Chef de Département de la Communication et Médias

Amani Kabasha

[Source : M23]

Mis en ligne par L’Agence d’information
 14/07/2013
 http://lagencedinformation.com/023-la-2eme-bataille-de-mutaho.html
Sauf mention contraire, droits de reproduction et diffusion autorisés selon la licence Creative Commons Attribution BY-SA 4.0

Les habits neufs de l’empire
Guerre et désinformation dans l’Est du Congo

Acheter en ligne (Aviso éditions)


 En savoir plus

Voir aussi

RDC Congo Les Nations Unies cèdent à Kabila

 Encore une fois, le chef de l’Etat est gagnant sur la MONUSCO qui va préparer un « vetting » sur mesure pour dédouaner les indexés. La dite « communauté (...)

Encore une fois, le chef de l’Etat est gagnant sur la MONUSCO qui va préparer un « vetting » sur mesure pour dédouaner les indexés. La dite « communauté internationale » ne fait pas l’économie des compromis avec un régime en plein virage dictatorial. Serait-il pour reprendre la main sur les manœuvres pré-électorales qui étaient entrain de lui échapper ?

Mis en ligne par L’Agence d’information

 25/03/2015

La brigade d’intervention de la Monusco au secours du M23 ?

 La dynamique des affrontements de ce mercredi 10 juillet, à Kanyaruchinya, met en exergue la faiblesse du régime congolais et les nombreuses contradictions (...)

La dynamique des affrontements de ce mercredi 10 juillet, à Kanyaruchinya, met en exergue la faiblesse du régime congolais et les nombreuses contradictions d’ordre militaire et politique inhérentes à l’opérationnalisation de la Brigade d’intervention établie par la résolution 2098 du Conseil de sécurité.

Mis en ligne par L’Agence d’information

 11/07/2013

RDC : Management par la terreur

 Depuis octobre 2014, à Beni, dans le Nord-Kivu, une série interminable de massacres à la machette ciblant la communauté Nande a fait plus de 1000 victimes. (...)

Depuis octobre 2014, à Beni, dans le Nord-Kivu, une série interminable de massacres à la machette ciblant la communauté Nande a fait plus de 1000 victimes.

Alors que les violences font depuis quelque mois tâche d’huile dans les territoires de Lubero, Walikale, Rutshuru et Masisi, où les différentes communautés s’affrontent par milices interposées, la responsabilité du pouvoir et de ces relais locaux émergent dans l’orchestration des atrocités.

Un désordre entretenu en forme de diversion, pendant que le président Kabila prépare son maintien illégal au sommet de l’Etat au-delà du délai constitutionnel du 19 décembre 2016.

Mis en ligne par L’Agence d’information

 8/05/2016