14/07/2013

Le M23 déclare avoir été attaqué, ce dimanche à 14 heures, non seulement par des FDLR et Maï Maï Nyatura comme les fois précédentes, mais par les FARDC, qui tenteraient de le déloger de ses positions surplombant Goma, à Mutaho, où ine importante bataille s’est déjà produit le mois dernier.

Il dénonce par ailleurs le fait que les forces gouvernementales aient progressivement avancé depuis une quinzaine de jours, jusqu’à se retrouver à vingt mètres des lignes du M23.

Communiqué n°46 du M23

Une fois de plus, les armes parlent sur la ligne de front. Depuis 14h, l’assaut des
forces gouvernementales sur nos positions à Mutaho est en cours. Il ne s’agit pas
que de leurs alliés traditionnels, les FDLR et les Nyatura, mais des Forces Armées
de la République Démocratique du Congo qui sont en première ligne d’attaque.

Notre Mouvement condamne avec la dernière énergie cette reprise de la guerre à
l’initiative du Gouvernement congolais et rappelle l’opinion qu’en date du 9 juillet
2013 la Direction du Mouvement avait prévenu le gouvernement Kinshasa que
l’Armée Révolutionnaire Congolaise répondra avec fermeté aux prochaines
initiatives guerrières des FARDC après les actes de provocation de samedi 6 et
mardi 9 juillet 2013 contre nos positions à Kanyarucinya. A ce sujet, nos forces
armées viennent de recevoir des instructions précises : elles doivent réserver une
réponse ferme et efficace à l’adversaire de manière à décourager son initiative et à
garantir la sécurité totale des populations qui habitent nos espaces.

Il est également à rappeler nos multiples dénonciations, tant auprès du facilitateur
du dialogue de Kampala que dans les médias, de l’avancée en une quinzaine des
jours des forces gouvernementales de 1 km jusqu’à une distance de seulement 20
mètres de nos positions.

Le Mouvement du 23 Mars réitère son attachement aux pourparlers de Kampala
qu’il considère comme seule voie susceptible de résoudre les causes profondes du
conflit dans notre pays.

Fait à Bunagana, le 14 juillet 2013

Le Chef de Département de la Communication et Médias

Amani Kabasha

[Source : M23]

Mis en ligne par L’Agence d’information
 14/07/2013
 http://lagencedinformation.com/023-la-2eme-bataille-de-mutaho.html
Sauf mention contraire, droits de reproduction et diffusion autorisés selon la licence Creative Commons Attribution BY-SA 4.0

Les habits neufs de l’empire
Guerre et désinformation dans l’Est du Congo

Acheter en ligne (Aviso éditions)


 En savoir plus

Voir aussi

Silence inquiétant sur le front de Masisi

 Trois mois et demi après la fin des hostilités entre le gouvernement et le M23, la guerre, la violence des milices et l’épuration ethnique sont toujours (...)

Trois mois et demi après la fin des hostilités entre le gouvernement et le M23, la guerre, la violence des milices et l’épuration ethnique sont toujours d’actualité au Nord-Kivu. Les tueries de civils rwandophones, à Nyamaboko, et des militaires FARDC, à Bukombo, par une coalition de groupes extrémistes qui ont le soutien des autorités de la province, ne sont pas mentionnées dans la presse nationale, ni dans les déclarations officielles de Kinshasa, la Monusco se limitant à un communiqué laconique. Cette attitude trahit les responsabilités du pouvoir qui rechigne à se débarrasser des faucons responsables de l’insécurité et de la haine ethnique dans cette région orientale de la République démocratique du Congo.

Three and a half months after the end of hostilities between the government and the M23, war, militia violence and ethnic cleansing are still current in North Kivu. The killing of rwandophones civilians, in Nyamaboko, and Fardc soldiers in Bukombo, by a coalition of extremist groups supported by the authorities of the province, are not mentioned in the national press or in Kinshasa’s official statements, Monusco issuing no more than a terse statement. This attitude betrays the responsibilities of power that is reluctant to get rid of hawks responsible for insecurity and ethnic hatred in the eastern region of the Democratic Republic of Congo.

Mis en ligne par L’Agence d’information

 22/02/2014

RDC : Une nouvelle union sacrée face à un probable changement de la (...)

 Dans toute la bande orientale du pays, lentement mais certainement, l’opposition monte contre les manœuvres du pouvoir central. Saura-t-elle atteindre les (...)

Dans toute la bande orientale du pays, lentement mais certainement, l’opposition monte contre les manœuvres du pouvoir central. Saura-t-elle atteindre les autres provinces ?

In all the eastern stripe of the country, slowly but surely, contestation is growing against the central power’s manœuvres. Will it be able to attain the other provinces ?

Mis en ligne par L’Agence d’information

 15/01/2015

Le M23 renforce ses positions autour de Goma

 Les combats engagés hier ont repris ce lundi matin pour se prolonger jusqu’à 17 heures. Il résulte de l’analyse des informations contradictoires parvenues sur (...)

Les combats engagés hier ont repris ce lundi matin pour se prolonger jusqu’à 17 heures. Il résulte de l’analyse des informations contradictoires parvenues sur le bilan de ces combats que le M23 aurait efficacement maintenu ses positions, en dépit de la vigueur de l’offensive des FARDC qui auraient été renforcées d’éléments tanzaniens de la brigade offensive de la Monusco.

The fighting that was engaged yesterday between FARDC and M23 has resumed this monday morning, until 5pm. After analysing the contradictory informations received about this fight, it appears that M23 has efficiently kept his positions, despite the vigourous attack of the FARDC that could have been reinforced by tanzaniens forces from the offensive brigade of Monusco.

Mis en ligne par L’Agence d’information

 15/07/2013