3/07/2013

Evasions de prison, apparitions de nouveaux fronts politico-militaires : les adversaires du pouvoir de Joseph Kabila se multiplient, à l’heure où l’ONU prétend le renforcer.

Jailbreaks, emergence of new political and military fronts, opponents of Joseph Kabila multiply, at a time when the UN claims to strengthen it.

02/06/2013

Ce matin à 4h, la prison Kangwayi de Beni, dans le Nord Kivu, a été attaquée par un groupe de combattants désignés comme Maï Maï par la radio des Nations unies Okapi, qui en relaie l’information.

Après avoir affirmé que « les miliciens étaient armés de machettes, de couteaux et de quelques armes individuelles », l’émetteur onusien fait état d’« une résistance des forces de sécurité » aux ordres du colonel Richard Bisimaza, commandant du 1er secteur des Forces armées de la RDC (FARDC).

Néanmoins… 250 détenus se sont évadés, puis rendus insaisissables avec les assaillants, environ une centaine.

Quelques heures plus tard, à Kinshasa, les prisonniers de Makala, parmi lesquels nombreux opposants politiques, se sont révoltés pour protester contre la violation de leurs droits par le directeur de l’établissement, un haut gradé des FARDC. Les policiers et les militaires intervenus pour réprimer le soulèvement ont lancé une grande quantité de gaz lacrymogènes dans le périmètre de la prison.

48 h auparavant au pénitencier de Munzenze, à Goma, capitale du Nord Kivu, une tentative d’évasion de 500 prisonniers, des militaires pour la plupart, qui réclamaient leurs soldes arriérés et protestaient contre la lenteur de leurs procédures judiciaires, a été maîtrisée par l’Armée.

Plus inquiétant pour les autorités, l’épisode de Beni pourrait signifier l’ouverture d’un nouveau front dans le “Grand Nord” du Nord Kivu, alors que les territoires de Bunagana et Rutshuru, dans la partie méridionale de la province, sont sous contrôle de la rébellion du M23. Si l’identité des assaillants de Kangwayi n’est pas certaine, ceux-ci pourraient appartenir, selon une source locale, à l’Union pour la réhabilitation de la démocratie du Congo (URDC) du Général Hilaire Kombi, qui recrute dans la communauté Nande, majoritaire dans la province, et est soutenu par de nombreux hommes d’affaires et politiques locaux.

Il y a six jours, à Butembo, dans le “Grand Nord”, les autorités à la recherche de Kombi avaient fait perquisitionner la maison de l’opposant Mbusa Nyamwisi, président du RCD-K-ML, actuellement en exil en Afrique du Sud, et qui a récemment vu invalidé, pour absentéisme, son mandat à l’Assemblée nationale.

L’URDC, dont les membres sont en majorité issus de l’ancienne branche militaire du RCD-K-ML, est également alliée à l’Union des patriotes du Congo pour la paix (UPCP) du Général Sikula Lafontaine, un groupe politico-militaire qui agit dans les territoires limitrophes de Lubero et de Bunyatenge.

Dimanche dernier, par ailleurs, les rebelles ougandais de l’ADF-Nalu ont occupé les localités de Mamundioma et de Totolito situées à 45 Km de Beni.

[Source : l’Agence d’Information]

Mis en ligne par L’Agence d’information
 3/07/2013
 http://lagencedinformation.com/015-un-nouveau-front-au-nord-kivu.html
Sauf mention contraire, droits de reproduction et diffusion autorisés selon la licence Creative Commons Attribution BY-SA 4.0

Les habits neufs de l’empire
Guerre et désinformation dans l’Est du Congo

Acheter en ligne (Aviso éditions)


 En savoir plus

Voir aussi

RDC Congo : Une fosse commune avec 425 corps découverte à Kinshasa

 Il est incontestable que de véritables escadrons de la mort étaient opérationnels pendant les journées de lutte contre la loi-Boshab. S’il s’avère, comme il (...)

Il est incontestable que de véritables escadrons de la mort étaient opérationnels pendant les journées de lutte contre la loi-Boshab. S’il s’avère, comme il est assez probable, que dans le charnier de Maluku ont été inhumés les morts tués par les nervis du pouvoir, les Congolais peuvent réclamer l’application de l’article 64 de la Constitution.

There is no doubt that real death squads were operationnal during the days of the fight against the Boshab law. If it turns out that, as it is very likely, in the mass grave of Maluku have been buried the dead people killed by the regime’s thugs, the Congolese may reclaim the application of the 64th article onf the constitution.

Mis en ligne par L’Agence d’information

 5/04/2015

Le M23 refuse de se rendre à Kinshasa

 En imposant la capitale de la RDC comme siège pour la discussion sur la mise en œuvre des Déclarations de Nairobi, le gouvernement joue la carte de la (...)

En imposant la capitale de la RDC comme siège pour la discussion sur la mise en œuvre des Déclarations de Nairobi, le gouvernement joue la carte de la surenchère contre l’ancienne rébellion. Pour provoquer à long terme une nouvelle guerre et faire oublier aux Congolais qu’ils risquent de se retrouver avec un président à vie ?

By imposing the capital of the DRC as the seat for the discussion on the implementation of the Nairobi Declaration, the government plays the card of one-upmanship against the former rebellion. To cause eventually a new war and forget the Congolese they may end up with a President for Life ?

Mis en ligne par L’Agence d’information

 9/11/2014

Fin de partie en RDC ?

 Où l’on signale l’importance de l’accord signé entre les USA et l’Angola, le 17 mai 2017, pour le vingtième anniversaire du renversement de Mobutu. Que Luanda ait (...)

Où l’on signale l’importance de l’accord signé entre les USA et l’Angola, le 17 mai 2017, pour le vingtième anniversaire du renversement de Mobutu. Que Luanda ait aussitôt massé ses troupes à la frontière de la RDC semble confirmer que cet accord, dans lequel Washington invite l’Angola à faire le gendarme de la région, pourrait bien être suivi d’effet. Si c’était le cas, c’est l’ensemble de l’ordre françafricain, avec sa guerre révolutionnaire et ses pseudos "forces de maintien de la paix de l’Onu", qui pourrait s’effondrer comme un château de cartes...

Mis en ligne par L’Agence d’information

 1er/06/2017