3/07/2013

Evasions de prison, apparitions de nouveaux fronts politico-militaires : les adversaires du pouvoir de Joseph Kabila se multiplient, à l’heure où l’ONU prétend le renforcer.

Jailbreaks, emergence of new political and military fronts, opponents of Joseph Kabila multiply, at a time when the UN claims to strengthen it.

02/06/2013

Ce matin à 4h, la prison Kangwayi de Beni, dans le Nord Kivu, a été attaquée par un groupe de combattants désignés comme Maï Maï par la radio des Nations unies Okapi, qui en relaie l’information.

Après avoir affirmé que « les miliciens étaient armés de machettes, de couteaux et de quelques armes individuelles », l’émetteur onusien fait état d’« une résistance des forces de sécurité » aux ordres du colonel Richard Bisimaza, commandant du 1er secteur des Forces armées de la RDC (FARDC).

Néanmoins… 250 détenus se sont évadés, puis rendus insaisissables avec les assaillants, environ une centaine.

Quelques heures plus tard, à Kinshasa, les prisonniers de Makala, parmi lesquels nombreux opposants politiques, se sont révoltés pour protester contre la violation de leurs droits par le directeur de l’établissement, un haut gradé des FARDC. Les policiers et les militaires intervenus pour réprimer le soulèvement ont lancé une grande quantité de gaz lacrymogènes dans le périmètre de la prison.

48 h auparavant au pénitencier de Munzenze, à Goma, capitale du Nord Kivu, une tentative d’évasion de 500 prisonniers, des militaires pour la plupart, qui réclamaient leurs soldes arriérés et protestaient contre la lenteur de leurs procédures judiciaires, a été maîtrisée par l’Armée.

Plus inquiétant pour les autorités, l’épisode de Beni pourrait signifier l’ouverture d’un nouveau front dans le “Grand Nord” du Nord Kivu, alors que les territoires de Bunagana et Rutshuru, dans la partie méridionale de la province, sont sous contrôle de la rébellion du M23. Si l’identité des assaillants de Kangwayi n’est pas certaine, ceux-ci pourraient appartenir, selon une source locale, à l’Union pour la réhabilitation de la démocratie du Congo (URDC) du Général Hilaire Kombi, qui recrute dans la communauté Nande, majoritaire dans la province, et est soutenu par de nombreux hommes d’affaires et politiques locaux.

Il y a six jours, à Butembo, dans le “Grand Nord”, les autorités à la recherche de Kombi avaient fait perquisitionner la maison de l’opposant Mbusa Nyamwisi, président du RCD-K-ML, actuellement en exil en Afrique du Sud, et qui a récemment vu invalidé, pour absentéisme, son mandat à l’Assemblée nationale.

L’URDC, dont les membres sont en majorité issus de l’ancienne branche militaire du RCD-K-ML, est également alliée à l’Union des patriotes du Congo pour la paix (UPCP) du Général Sikula Lafontaine, un groupe politico-militaire qui agit dans les territoires limitrophes de Lubero et de Bunyatenge.

Dimanche dernier, par ailleurs, les rebelles ougandais de l’ADF-Nalu ont occupé les localités de Mamundioma et de Totolito situées à 45 Km de Beni.

[Source : l’Agence d’Information]

Mis en ligne par L’Agence d’information
 3/07/2013
 http://lagencedinformation.com/015-un-nouveau-front-au-nord-kivu.html
Sauf mention contraire, droits de reproduction et diffusion autorisés selon la licence Creative Commons Attribution BY-SA 4.0

Les habits neufs de l’empire
Guerre et désinformation dans l’Est du Congo

Acheter en ligne (Aviso éditions)


 En savoir plus

Voir aussi

Kinshasa à l’heure du soulèvement

 Vaste réaction populaire contre le coup d’Etat constitutionnel du président Kabila A l’appel de l’opposition politique, le lundi 19 janvier, la capitale de la (...)

Vaste réaction populaire contre le coup d’Etat constitutionnel du président Kabila
A l’appel de l’opposition politique, le lundi 19 janvier, la capitale de la République démocratique du Congo a été paralysée par les manifestants qui n’ont pas reculé face aux tirs à balles réelles de la police et des militaires de la Garde Républicaine. On compte une trentaine de morts et nombreux blessés parmi la population. Des affrontements violents ont aussi eu lieu à Goma, dans le Nord-Kivu, et se poursuivent aujourd’hui, toujours à Kinshasa et dans les principales villes de l’Est.

Vast popular reaction against Kabila’s constitutionnal coup. At the call of politicial opposition, monday 19th, the capital of the Democratic républic of Congo has been paralysed by demonstrators who haven’t step back, facing real bullets shot by the police and the military men from the presidential guard. 30 deaths and many wounded have been counted among the population. Violent confrontations have also occured in Goma, North-Kivu, and are still going on today, in Kinshasa and the main towns of the east.

Mis en ligne par L’Agence d’information

 20/01/2015

La solution africaine

 Depuis un an, les États membres de la CIRGL, appuyés par la majorité des pays de l’East African Community, s’opposent à la solution militaire voulue par la (...)

Depuis un an, les États membres de la CIRGL, appuyés par la majorité des pays de l’East African Community, s’opposent à la solution militaire voulue par la France, Kinshasa et le Département des opérations de maintien de la paix de l’ONU (DPKO). Un défi gagné, si l’on considère les conclusions des dernières assises de Kampala, d’autant plus importantes face aux risques d’une confrontation générale entre les États de la région.

Over the past year, the ICGLR member states, supported by the majority of countries in the East African Community, oppose the military solution aimed by France, Kinshasa and the Department of Peacekeeping Operations of the UN (DPKO). A successful challenge, considering the decisions taken by the last summit held in Kampala, specially important regarding the risks of a global confrontation between the states of the region.

Mis en ligne par L’Agence d’information

 7/09/2013

RDC Pourquoi la France soutient-elle Kalev Mutond ?

 Au delà des querelles diplomatiques de façade, la synergie entre la France et la RDC est au beau fixe. Elle conduit à une nouvelle étape de la stratégie de la (...)

Au delà des querelles diplomatiques de façade, la synergie entre la France et la RDC est au beau fixe. Elle conduit à une nouvelle étape de la stratégie de la violence dans un tournant très délicat de l’histoire du pays.

Mis en ligne par L’Agence d’information

 16/12/2016