Le M23 dénonce la partialité du porte-parole de la Monusco

1er/07/2013
1er/07/2013

M. Bertrand Bisimwa, président du M23, accuse le responsable de la communication de la Monusco, le colonel Félix Basse, de pousser au conflit et de "faire l’apologie de la guerre".

Mr Bertrand Bisimwa, president of the M23, accuses the spokesperson of Monusco, colonel Félix Basse, to push to conflict and "promote war".

Dans un communiqué en date du 28 juin 2013, le M23, mouvement politico-militaire opposé au gouvernement de Kinshasa, dénonce "l’acharnement" dont il fait l’objet de la part du porte-parole de la Monusco, le colonel sénégalais Félix Basse.

Rappelons que la Monusco est une armée de plus de vingt mille hommes que la communauté internationale a mobilisés en République du Congo, parmi lesquels trois mille hommes d’une brigade "offensive", composée d’artillerie, de forces spéciales et d’infanterie appuyée par des hélicoptères d’attaque et des drones de surveillance. Celle-ci, prévue pour entrer en action début juillet, se déploie progressivement sur le terrain depuis plusieurs semaines.

Depuis le début de cette mobilisation sans précédent d’une force militaire onusienne offensive, le M23 est désigné comme principale cible, en tant que "force négative", selon la rhétorique onusienne, accusée de tous les crimes réels ou imaginaires qui peuvent se produire dans l’est du pays.

Le colonel Félix Basse – dont il faut souligner qu’il est assisté efficacement par le commandant français Vincent Tourny, porte parole "militaire" de la Monusco –, répercute en effet quotidiennement les accusations les plus alarmistes contre le M23, et ce "dans l’unique but d’encourager la guerre comme solution à la crise qui nous oppose au Gouvernement de Kinshasa", déclare le Président du M23, M. Bertrand Bisimwa.

"Ce fonctionnaire de la Monusco s’exerce à faire exister virtuellement des faits sensationnels dont il a, seul, connaissance, pour autant qu’ils discréditent le Mouvement du 23 Mars", ajoute le représentant politique de ce mouvement. "Aucune allégation grave n’est épargnée par lui, des arrestations arbitraires aux meurtres en passant par des enlèvements des civils, des recrutements forcés et même des intentions de recrutement d’enfants-soldats."

"Cette attitude curieuse et étrange d’un fonctionnaire des Nations-Unies à vouloir, à tout prix, forcer la main aux parties en conflit pour reprendre les hostilités en lieu et place du dialogue devrait attirer l’attention de sa hiérarchie", suggère M. Bertrand Bisimwa.

A titre d’illustration, il demande ce "que sont devenus les 53 enfants dont [le colonel Félix Basse] a parlé les semaines antérieures et qui, selon lui, étaient menacés de recrutement par notre armée ?" Face a cette accusation extrêmement circonstanciée du porte-parole de la Monusco qui déclarait avoir des informations précises y compris sur la localisation de ces enfants "menacés" d’enrôlement, le M23 avait rappelé, dans un précédent communiqué, que le territoire qu’il contrôle est entièrement ouvert aux inspections onusiennes, et qu’il souhaitait prêter son concours à de telles recherches d’enfants "menacés" s’il y avait lieu.

Le Président du M23 s’inquiète aussi de ce qu’un fonctionnaire international soucieux du respect des droits de l’homme n’ait rien trouvé à dire par contre "des actes d’arrestations arbitraires, d’enlèvements, de disparition et de meurtre des personnes civiles par les services secrets [congolais] dans les villes de Goma et de Bukavu".

Pour conclure, le M23 invite "le Conseil de Sécurité des Nations-Unies, l’Union Africaine et la Conférence Internationale sur la Région des Grands-Lacs à diligenter une mission d’enquête indépendante pour vérifier les allégations de ce fonctionnaire", et dénonce le fait que celui-ci "profite de sa position au sein de la Monusco pour faire l’apologie de la guerre".

Le commandant Vincent Tourny, officier français qui co-dirige la communication de la Monusco avec le colonel Félix Basse, n’est pas mentionné dans ce communiqué du M23.

[Source : l’Agence d’information]

Mis en ligne par L’Agence d’information
 1er/07/2013
 http://lagencedinformation.com/014-le-m23-denonce-la-partialite-du.html
Sauf mention contraire, droits de reproduction et diffusion autorisés selon la licence Creative Commons Attribution BY-SA 4.0

Les habits neufs de l’empire
Guerre et désinformation dans l’Est du Congo

Acheter en ligne (Aviso éditions)


 En savoir plus

Voir aussi

Le tournant de Kingakati

 Lundi 25 août, la réunion de la majorité présidentielle (MP), dans la ferme du chef de l’Etat de la République démocratique du Congo, a établi la démarche pour le (...)

Lundi 25 août, la réunion de la majorité présidentielle (MP), dans la ferme du chef de l’Etat de la République démocratique du Congo, a établi la démarche pour le maintien au pouvoir de ce dernier, avant l’échéance de son deuxième et dernier mandat en 2016. Il n’est plus question d’un simple maquillage de la Constitution, mais d’un projet véritable de rédaction d’un nouveau texte fondamental qui devra être approuvé par voie référendaire.

Monday, August 25, the meeting of the Presidential Majority (MP), on the farm of the Head of State of the Democratic Republic of Congo, establishing the process to maintain the power of the latter, before the end of his second and final term in 2016 is no longer a question of a simple makeup of the Constitution, but a real project on drafting a new basic text to be approved by referendum.

Mis en ligne par L’Agence d’information

 29/08/2014

Démanteler les FDLR

 A la veille de la reprise des pourparlers de Kampala, le M23 pose la condition essentielle pour en finir avec la guerre et pacifier la tourmentée province (...)

A la veille de la reprise des pourparlers de Kampala, le M23 pose la condition essentielle pour en finir avec la guerre et pacifier la tourmentée province de l’Est de la RDC : que les forces génocidaires rwandaises soient mise hors d’état de nuire et que les réfugiés puissent revenir sur leurs terres.

On the eve of the resumption of talks in Kampala, the M23 raises the essential condition for ending the war and bring peace to the troubled province of eastern DRC : the Rwandan genocidal forces must be dismantled, and the refugees must return to their lands.

Mis en ligne par L’Agence d’information

 10/09/2013

Des unités de l’armée congolaises impliquées dans le massacre de (...)

 Échafaudée par le pouvoir, la thèse de la responsabilité des rebelles ougandais de l’Alliance des forces démocratiques (ADF) dans les massacres du Grand Nord est (...)

Échafaudée par le pouvoir, la thèse de la responsabilité des rebelles ougandais de l’Alliance des forces démocratiques (ADF) dans les massacres du Grand Nord est démentie par un grand nombre de témoins, observateurs et analystes. Il s’agirait plus probablement d’une diversion, instrumentalisée par Kabila pour détourner l’attention du débat sur la réforme constitutionnelle, et permettant d’écarter les controverses sur la traque sans cesse reportée contre les FDLR. La mise à l’écart du général Mundos, considéré comme un des maîtres d’œuvre du massacre, avait été demandée par la population qui voit maintenant cette sanction comme une confirmation de l’implication de l’armée dans les atrocités.

Scaffolded by DRC’s government, the theory of Ugandan rebels of the Allied Democratic Forces (ADF)’s liability in the massacres of the Far North is contradicted by many witnesses, observers and analysts. It most likely would be a diversion, exploited by Kabila to distract the debate on constitutional reform, and to rule out the controversy on the hunt constantly postponed against the FDLR. The sidelining of General Mundos, considered as one of the prime contractors for the massacre had been requested by the people who now see it as a confirmation of army’s involvement in the atrocities.

Mis en ligne par L’Agence d’information

 2/11/2014