Le M23 dénonce la partialité du porte-parole de la Monusco

1er/07/2013
1er/07/2013

M. Bertrand Bisimwa, président du M23, accuse le responsable de la communication de la Monusco, le colonel Félix Basse, de pousser au conflit et de "faire l’apologie de la guerre".

Mr Bertrand Bisimwa, president of the M23, accuses the spokesperson of Monusco, colonel Félix Basse, to push to conflict and "promote war".

Dans un communiqué en date du 28 juin 2013, le M23, mouvement politico-militaire opposé au gouvernement de Kinshasa, dénonce "l’acharnement" dont il fait l’objet de la part du porte-parole de la Monusco, le colonel sénégalais Félix Basse.

Rappelons que la Monusco est une armée de plus de vingt mille hommes que la communauté internationale a mobilisés en République du Congo, parmi lesquels trois mille hommes d’une brigade "offensive", composée d’artillerie, de forces spéciales et d’infanterie appuyée par des hélicoptères d’attaque et des drones de surveillance. Celle-ci, prévue pour entrer en action début juillet, se déploie progressivement sur le terrain depuis plusieurs semaines.

Depuis le début de cette mobilisation sans précédent d’une force militaire onusienne offensive, le M23 est désigné comme principale cible, en tant que "force négative", selon la rhétorique onusienne, accusée de tous les crimes réels ou imaginaires qui peuvent se produire dans l’est du pays.

Le colonel Félix Basse – dont il faut souligner qu’il est assisté efficacement par le commandant français Vincent Tourny, porte parole "militaire" de la Monusco –, répercute en effet quotidiennement les accusations les plus alarmistes contre le M23, et ce "dans l’unique but d’encourager la guerre comme solution à la crise qui nous oppose au Gouvernement de Kinshasa", déclare le Président du M23, M. Bertrand Bisimwa.

"Ce fonctionnaire de la Monusco s’exerce à faire exister virtuellement des faits sensationnels dont il a, seul, connaissance, pour autant qu’ils discréditent le Mouvement du 23 Mars", ajoute le représentant politique de ce mouvement. "Aucune allégation grave n’est épargnée par lui, des arrestations arbitraires aux meurtres en passant par des enlèvements des civils, des recrutements forcés et même des intentions de recrutement d’enfants-soldats."

"Cette attitude curieuse et étrange d’un fonctionnaire des Nations-Unies à vouloir, à tout prix, forcer la main aux parties en conflit pour reprendre les hostilités en lieu et place du dialogue devrait attirer l’attention de sa hiérarchie", suggère M. Bertrand Bisimwa.

A titre d’illustration, il demande ce "que sont devenus les 53 enfants dont [le colonel Félix Basse] a parlé les semaines antérieures et qui, selon lui, étaient menacés de recrutement par notre armée ?" Face a cette accusation extrêmement circonstanciée du porte-parole de la Monusco qui déclarait avoir des informations précises y compris sur la localisation de ces enfants "menacés" d’enrôlement, le M23 avait rappelé, dans un précédent communiqué, que le territoire qu’il contrôle est entièrement ouvert aux inspections onusiennes, et qu’il souhaitait prêter son concours à de telles recherches d’enfants "menacés" s’il y avait lieu.

Le Président du M23 s’inquiète aussi de ce qu’un fonctionnaire international soucieux du respect des droits de l’homme n’ait rien trouvé à dire par contre "des actes d’arrestations arbitraires, d’enlèvements, de disparition et de meurtre des personnes civiles par les services secrets [congolais] dans les villes de Goma et de Bukavu".

Pour conclure, le M23 invite "le Conseil de Sécurité des Nations-Unies, l’Union Africaine et la Conférence Internationale sur la Région des Grands-Lacs à diligenter une mission d’enquête indépendante pour vérifier les allégations de ce fonctionnaire", et dénonce le fait que celui-ci "profite de sa position au sein de la Monusco pour faire l’apologie de la guerre".

Le commandant Vincent Tourny, officier français qui co-dirige la communication de la Monusco avec le colonel Félix Basse, n’est pas mentionné dans ce communiqué du M23.

[Source : l’Agence d’information]

Mis en ligne par L’Agence d’information
 1er/07/2013
 http://lagencedinformation.com/014-le-m23-denonce-la-partialite-du.html
Sauf mention contraire, droits de reproduction et diffusion autorisés selon la licence Creative Commons Attribution BY-SA 4.0

Les habits neufs de l’empire
Guerre et désinformation dans l’Est du Congo

Acheter en ligne (Aviso éditions)


 En savoir plus

Voir aussi

Guerre et bombardements autour de Goma

 Les combats ont repris au Kivu, entre la coalition FARDC-FDLR-Maï-Maï – appuyée par la Monusco –, et le M23, ces mercredi 21 et jeudi 22 août 2013. Ce jeudi, (...)

Les combats ont repris au Kivu, entre la coalition FARDC-FDLR-Maï-Maï – appuyée par la Monusco –, et le M23, ces mercredi 21 et jeudi 22 août 2013. Ce jeudi, les hélicoptères des FARDC se sont d’abord "exercés" sur les antennes d’une station de télécommunications, et auraient ensuite bombardé le territoire rwandais, sans faire de victimes, et la ville de Goma, où plusieurs civils sont morts.

Fighting resumed in Kivu between the coalition FARDC-FDLR-Mayi-Mayi – supported by MONUSCO –, and the M23, this Wednesday 21 and Thursday, August 22, 2013. On Thursday, the FARDC helicopters first "exercised" on antennas of a telecommunications station, and would have then bombarded Rwandan territory, causing no casualties, and the city of Goma, where several civilians died.

Mis en ligne par L’Agence d’information

 22/08/2013

La brigade d’intervention de la Monusco au secours du M23 ?

 La dynamique des affrontements de ce mercredi 10 juillet, à Kanyaruchinya, met en exergue la faiblesse du régime congolais et les nombreuses contradictions (...)

La dynamique des affrontements de ce mercredi 10 juillet, à Kanyaruchinya, met en exergue la faiblesse du régime congolais et les nombreuses contradictions d’ordre militaire et politique inhérentes à l’opérationnalisation de la Brigade d’intervention établie par la résolution 2098 du Conseil de sécurité.

Mis en ligne par L’Agence d’information

 11/07/2013

RDC Congo Louis Michel vote Mukwege

 A l’approche de 2016, la sortie de la scène politique de Joseph Kabila n’est pas le seul enjeu pour les populations congolaises en quête d’un grand changement. (...)

A l’approche de 2016, la sortie de la scène politique de Joseph Kabila n’est pas le seul enjeu pour les populations congolaises en quête d’un grand changement. Il faudra aussi bien faire échec à toute tentative d’imposer à nouveau au pays un président qui ne travaillera que pour les intérêts de son clan et de ses parrains étrangers en course pour l’accès facile aux ressources de la RDC

As we are approaching 2016, Joseph kabila’s exit of the political scene is not the only stake for the congolese populations, looking for a big change. There will have to be a fight to avoid a new president that will only work for his clan’s and foreign godfather’s interests, for an easy access to the DRC’s ressources

Mis en ligne par L’Agence d’information

 5/04/2015