29/05/2017

Davantage qu’un allié, Luanda s’impose comme la puissance tutélaire de Kinshasa. Le 17 mai un accord de coopération bilatéral américano-angolais était conclu à Washington, aux termes duquel l’armée angolaise serait chargée de rétablir l’ordre en RDC, au Burundi et en République centrafricaine.

26/05/2017

« La situation en RDC constitue un problème très grave, comme en témoigne l’évolution actuelle de la violence dans les régions du Kasaï et du Kasaï central, qui a entraîné la [récente] migration [de populations du Kasaï en Angola], les crises humanitaire et sanitaire, avec des conséquences incalculables. » Au-delà du langage diplomatique, les paroles sonnent comme un avertissement. C’est le ministre angolais de la Défense, Joao Lourenço – successeur annoncé du président Dos Santos –, qui les a prononcées, en conclusion des discussions avec ses homologues de la Conférence internationale de la région des Grands lacs (CIRGL). Discussions qui se sont tenues mercredi 24 à Luanda, suite à une semaine de tensions entre les deux pays.

Une semaine auparavant, le 17 mai, l’Angola était seul pays africain invité par les USA à une réunion stratégique sur la RDC et le Burundi au Pentagone, réunion à l’issue de laquelle était signé un accord de coopération militaire bilatérale avec Washington, en vue du rôle que Luanda doit jouer dans les crises en Afrique centrale et dans les Grands lacs. Le lendemain, la Commission militaire américaine à la Chambre des représentants autorisait le Pentagone à une importante fourniture d’armes à l’Angola. « Nous sommes engagés à essayer d’aider les pays des Grands lacs pour trouver la paix dont ils ont besoin, en particulier la RCA, qui vit une situation d’instabilité qui dure depuis plusieurs années, mais aussi la RDC et le Burundi », déclarait à cette occasion Joao Lourenço. Silence officiel de Kinshasa et titres à la une de la presse congolaise : « Luanda, nouveau gendarme de la sous-région ? »
Trois jours plus tard, dimanche 21, à 2h du matin, l’infanterie angolaise avec artillerie lourde et tanks se déployait à la frontière ouest de la RDC avec Luanda.

Est reproché aux autorités congolaises un usage de la violence excessif contre la rébellion de Kamwina Nsapu – qui implique des tribus transfrontalières –, et l’exode qui s’ensuit de populations du Kasaï vers l’Angola. Est également critiqué le refus du président Kabila de nouer un dialogue véritable avec l’ensemble de l’opposition. Ce qui crée un état de révoltes endémiques dans le pays, avec des risques de contagion à l’échelle régionale.

Les réactions à Kinshasa sont les mêmes : bruits médiatiques et aphonie du côté gouvernemental.

Allié historique de la RDC depuis la prise de pouvoir de Laurent Désiré Kabila en 1997 et « faiseur de roi » quatre ans après pour avoir propulsé à la tête du pays voisin le fils de ce dernier, Joseph, l’Angola a opéré un brusque revirement en décembre 2016 lorsqu’au lieu de démissionner, comme la fin de son mandat le prévoyait, Joseph Kabila a décidé de se maintenir au pouvoir, au terme d’un long bras de fer avec l’opposition. C’est à la police et à la Garde républicaine qu’était alors confiée la répression de toute forme de contestation – les manifestations étant étouffées dans le sang. Luanda, qui s’occupait de la formation de ce deux corps, a pris aussitôt ses distances et retiré tous ses militaires dès avant la fin de l’année.

Il s’agirait d’un véritable tournant de la politique angolaise – dû aussi à la montée en puissance de l’actuel ministre de la Défense, nouvel homme fort du pays. Les événements de ces dernières semaines, avec les bruits de bottes à la frontière, semblent bien le confirmer. Ce 29 mai, interviewé par Christophe Boisbouvier sur les ondes de RFI, le ministre angolais de l’intérieur, M. Tchikoti, a critiqué les déclarations de Kinshasa sur la crise au Kasaï, et s’est dit favorable à une enquête internationale sur la situation dramatique des droits de l’homme dans la région et le meurtre il y a deux mois de deux experts de l’ONU qui enquêtaient sur les nombreux charniers identifiés. Rappelons quant à la mort de Zaida Catalan et Michael Sharp qu’il y a une présomption de culpabilité des services de sécurité de la RDC. [Voir article]

A noter également, suite à l’évasion spectaculaire de la prison de Kinshasa le même 17 mai où l’accord américano-angolais se concluait à Washington, que des rapports d’ONG font état de 500 morts, recensés on suppose en grande partie parmi les prisonniers, alors qu’on enregistrait 4500 évasions. 17 mai où Kabila aurait largement préféré fêter plus sereinement l’accession de son père au pouvoir il y a vingt ans.

L’Agence d’information

Mis en ligne par L’Agence d’information
 29/05/2017
 http://lagencedinformation.com/116-rdc-angola-trump-prend-la-main.html
Sauf mention contraire, droits de reproduction et diffusion autorisés selon la licence Creative Commons Attribution BY-SA 4.0

Les habits neufs de l’empire
Guerre et désinformation dans l’Est du Congo

Acheter en ligne (Aviso éditions)


 En savoir plus

Voir aussi

RDC Congo : Une fosse commune avec 425 corps découverte à Kinshasa

 Il est incontestable que de véritables escadrons de la mort étaient opérationnels pendant les journées de lutte contre la loi-Boshab. S’il s’avère, comme il (...)

Il est incontestable que de véritables escadrons de la mort étaient opérationnels pendant les journées de lutte contre la loi-Boshab. S’il s’avère, comme il est assez probable, que dans le charnier de Maluku ont été inhumés les morts tués par les nervis du pouvoir, les Congolais peuvent réclamer l’application de l’article 64 de la Constitution.

There is no doubt that real death squads were operationnal during the days of the fight against the Boshab law. If it turns out that, as it is very likely, in the mass grave of Maluku have been buried the dead people killed by the regime’s thugs, the Congolese may reclaim the application of the 64th article onf the constitution.

Mis en ligne par L’Agence d’information

 5/04/2015

Climat de psychose à Goma

 La situation reste extrêmement tendue à Goma, où les enlèvements se poursuivent et où les autorités locales, le maire de la ville, comme le président et le (...)

La situation reste extrêmement tendue à Goma, où les enlèvements se poursuivent et où les autorités locales, le maire de la ville, comme le président et le vice-président du Conseil provincial, ont été "rappelés" à Kinshasa.

The situation remains extremely tense in Goma, where abductions are ongoing, while local authorities – the city mayor and the president and vice-president of the Provincial Council – have been summoned to Kinshasa.

Mis en ligne par L’Agence d’information

 16/06/2013

La solution africaine

 Depuis un an, les États membres de la CIRGL, appuyés par la majorité des pays de l’East African Community, s’opposent à la solution militaire voulue par la (...)

Depuis un an, les États membres de la CIRGL, appuyés par la majorité des pays de l’East African Community, s’opposent à la solution militaire voulue par la France, Kinshasa et le Département des opérations de maintien de la paix de l’ONU (DPKO). Un défi gagné, si l’on considère les conclusions des dernières assises de Kampala, d’autant plus importantes face aux risques d’une confrontation générale entre les États de la région.

Over the past year, the ICGLR member states, supported by the majority of countries in the East African Community, oppose the military solution aimed by France, Kinshasa and the Department of Peacekeeping Operations of the UN (DPKO). A successful challenge, considering the decisions taken by the last summit held in Kampala, specially important regarding the risks of a global confrontation between the states of the region.

Mis en ligne par L’Agence d’information

 7/09/2013