RDC : L’agitation de Kobler cache des intentions sinistres pour la sous-région

21/01/2014
21/01/2014

Pendant que la fièvre monte au Katanga suite à l’intervention de la Garde Républicaine dans une résidence du Général John Numbi, Kigali demeure dans le collimateur du parti de la guerre, qui espère toujours que les FDLR parviennent à déstabiliser le Rwanda.

While the fever rises in Katanga following the intervention of the Republican Guard in a residence of General John Numbi, Kigali remains in the sights of the war party, which still hopes that the FDLR could destabilize Rwanda.

L’Agence d’information

20/01/14

Alors que la tension monte en République démocratique du Congo (RDC) –l’intervention, hier en fin de journée, de la Garde Républicaine dans la ferme du général John Numbi, près de Lubumbashi, au Katanga, en est le dernier rebondissement –, l’attitude de la Monusco ne cesse de susciter des questions aux Congolais quant à sa volonté de poser des actes concrets pour faire face à l’insécurité en voie de généralisation sur l’ensemble du pays.

Au lieu de s’attaquer aux responsables des violences et des atrocités, ou aux causes des conflits récurrents dans l’Est depuis vingt ans, le chef de la mission onusienne Martin Kobler cherche à comptabiliser à sa manière la « fausse-vraie » victoire de la Brigade onusienne et de l’Armée nationale (FARDC) contre le M23 qui, lui, s’était retiré de ses positions à sa demande pour donner une chance aux pourparlers de Kampala.

Le patron de la Mission onusienne ne rate aucune occasion de parler d’une rébellion « vaincue », qui en effet a cessé d’exister en tant que telle pour se muer en force politique après la signature des protocoles de paix le 12 décembre à Nairobi avec le gouvernement et sous le double témoignage de la CIRGL et de la SADEC, les deux instances régionales respectivement des Grands Lacs et d’Afrique Australe.

Muet sur les agissements des Ougandais de l’ADF-Nalu, des rebelles hutu rwandais des Forces démocratiques pour la libération du Rwanda (FDLR) et des Mayi-Mayi indépendantistes Bakata Katanga, Martin Kobler, a fait état, au cours de son briefing de lundi 13 janvier devant le Conseil de sécurité de l’ONU à New-York, de la résurgence des activités du M23 dans des pays voisins de la RDC !

Les multiples communiqués laconiques de la Monusco demandant aux groupes armés de déposer bénévolement les armes n’auront pas empêché que la situation au Nord-Kivu s’empire.

La population des zones jadis sous contrôle de la rébellion du M23, celle de Kiwanja en tête de liste, regrette la tranquillité d’autrefois. « Il ne se passe plus une seule nuit sans mort d’homme », nous confie au téléphone un notable désemparé.

A Sake, à 27 km à l’ouest de Goma, les militaires réclamant leur solde toujours impayée ont tiré toute la nuit d’hier, façon pour eux de demander au commandement d’expédier l’agent payeur attendu en vain depuis octobre 2013. Dans les territoires de Nyragongo et de Rutshuru, la population en colère a organisé une marche de protestation contre une dizaine d’assassinats imputés aux FARDC.

Dans la localité de Pinga, à 80 kilomètres au nord-est de Walikale, quatre soldats de l’armée régulière ont été tués suite à une attaque des Ndouma Défense Forces du chef mayi mayi Tcheka. Le Grand Nord (Beni-Lubero) ne fait pas exception. Les ADF-Nalu y sèment la mort et les Casques bleus, souvent en vadrouille dans les collines verdoyantes, ne s’intéressent qu’aux jeunes filles nande et aux débits des boissons.

Les drones de surveillance font toujours la sieste dans le hangar de l‘Aéroport de Goma. Le seul qui se soit risqué à tenter un vol a vite piqué du nez pour cause, dit-on, des mauvaises instructions.

Dans la province de l’Equateur, des hommes armés non identifiés sèment la panique dans les villes de Gemena et de Gbadolite situées dans les districts du Nord et du Sud-Oubangui. Sont-ils mes militaires centrafricains de la Seleka, des soldats des FARDC venus les repousser, ou les deux ?

Au Katanga, les Bakata-Katanga se sont signalés à Lubumbashi dans une bataille particulièrement sanglante qui a engagé pendant deux jours, à partir du 6 janvier, l’armée régulière.

A Kolwezi, les indépendantistes ont hissé le drapeau katangais et quatre villages ont été incendiés dans la zone de Kizabi. Selon un prêtre catholique, l’insécurité est toujours grandissante dans les localités de Masaili, Selemena, Shipenka et Kapeta. Plus de 130.000 Congolais se sont réfugiés en Zambie et sont présentement pris en charge par le programme alimentaire mondiale (PAM).

Depuis quelques mois, la région de Pweto est en proie à ces troubles, dont un rapport de l’ONU accuse le général John Numbi, ancien patron de la Police nationale, soupçonné d’être l’inspirateur des sécessionnistes des Bataka Katanga.

L’initiative de la garde prétorienne du président Kabila dans l’une de ses résidences aura des conséquences dans le jeu des positionnements au sein du régime, même si les médias français se sont hâtés de l’attribuer aux responsabilités prétendues du général dans le meurtre du défenseur des droits de l’homme Floribert Chebeya.

Martin Kobler ne semble pas s’inquiéter pour tout ceci. En phase avec la stratégie de son chef, le Français Hervé Ladsous, qui est à la tête du Département des opérations de maintien de la paix de l’ONU (DPKO), il s’est résolu à distraire l’opinion publique congolaise en agitant l’imaginaire résurgence du M23.

Si cela sert bien à solliciter la prolongation du mandat de la Monusco, mission très onéreuse (un milliard et demi de dollars environ par an !) et sans résultat pour la population locale, le vrai but de son agitation serait en réalité un autre.

Il y a quelques jours, le numéro 2 de la Monusco, le général Abdallah Wafi avait suscité pas mal de perplexité en déclarant que « les FDLR ne sont pas des organisations armées structurées comme le M23 ou les ADF-Nalu, mais plutôt des groupes de militaires qui vivent avec femmes et enfants dans des campements installés dans des zones souvent difficiles d’accès ». « Nous avons besoin d’avoir des renseignements précis sur les lieux où ils se trouvent »…

De sa part, un chef coutumier de Walikale ne cache pas son pessimisme sur la démarche de la mission onusienne, qualifiée de louche : « L’inquiétude provient des négociations tenues secrètes entre la Monusco et les FDLR, que Kobler n’arrive pas à bousculer à cause des services qu’elles ont rendus dans la campagne contre le M23. Ces pourparlers avancent et comportent bien un danger réel car Kobler cherche à tout prix la déstabilisation du Rwanda et le changement du régime en place. »

Ainsi, plusieurs sources concordantes venant de Kinshasa, du Kivu et de Kigali font état d’un projet de rassembler les FDLR, sans leur désarmement préalable, près de la frontière rwandaise en vue de les pousser de force à entrer vers leurs pays d’origine et à utiliser leurs familles comme bouclier humain pour contrer une intervention de l’armée rwandaise.

Un plan sinistre qui risque d’embraser la région, conçu par un conglomérat de forces, sorte de parti de la guerre dans lequel on retrouve les faucons de Kinshasa, certains pays de la SADEC et le département politique de la Monusco, le tout avec la bénédiction du DPKO, de la cellule africaine de l’Elysée et de la délégation française au Conseil de sécurité.

El Memeyi Murangwa avec Luigi Elongui (à Paris)

Mis en ligne par L’Agence d’information
 21/01/2014
 http://lagencedinformation.com/056-rdc-l-agitation-de-kobler-cache.html
Sauf mention contraire, droits de reproduction et diffusion autorisés selon la licence Creative Commons Attribution BY-SA 4.0

La Nuit rwandaise 11 - Volume 1 | La Nuit rwandaise 11 - Volume 2

LE TARTUFFE OU L’IMPOSTEUR / ARCHIVES & TÉMOIGNAGES / LES FAITS SONT TÊTUS / DOCUMENTS / NEGATIONNISME ET EGLISE / RWANDA, DEMAIN / LA NUIT BURUNDAISE / LA NUIT CONGOLAISE / DOCUMENTS / DOSSIER DGR / RWANDA, ILS ECRIVENT / REMERCIEMENTS


 En savoir plus

Voir aussi

Kinshasa à l’heure du soulèvement

 Vaste réaction populaire contre le coup d’Etat constitutionnel du président Kabila A l’appel de l’opposition politique, le lundi 19 janvier, la capitale de la (...)

Vaste réaction populaire contre le coup d’Etat constitutionnel du président Kabila
A l’appel de l’opposition politique, le lundi 19 janvier, la capitale de la République démocratique du Congo a été paralysée par les manifestants qui n’ont pas reculé face aux tirs à balles réelles de la police et des militaires de la Garde Républicaine. On compte une trentaine de morts et nombreux blessés parmi la population. Des affrontements violents ont aussi eu lieu à Goma, dans le Nord-Kivu, et se poursuivent aujourd’hui, toujours à Kinshasa et dans les principales villes de l’Est.

Vast popular reaction against Kabila’s constitutionnal coup. At the call of politicial opposition, monday 19th, the capital of the Democratic républic of Congo has been paralysed by demonstrators who haven’t step back, facing real bullets shot by the police and the military men from the presidential guard. 30 deaths and many wounded have been counted among the population. Violent confrontations have also occured in Goma, North-Kivu, and are still going on today, in Kinshasa and the main towns of the east.

Mis en ligne par L’Agence d’information

 20/01/2015

Fin de partie en RDC ?

 Où l’on signale l’importance de l’accord signé entre les USA et l’Angola, le 17 mai 2017, pour le vingtième anniversaire du renversement de Mobutu. Que Luanda ait (...)

Où l’on signale l’importance de l’accord signé entre les USA et l’Angola, le 17 mai 2017, pour le vingtième anniversaire du renversement de Mobutu. Que Luanda ait aussitôt massé ses troupes à la frontière de la RDC semble confirmer que cet accord, dans lequel Washington invite l’Angola à faire le gendarme de la région, pourrait bien être suivi d’effet. Si c’était le cas, c’est l’ensemble de l’ordre françafricain, avec sa guerre révolutionnaire et ses pseudos "forces de maintien de la paix de l’Onu", qui pourrait s’effondrer comme un château de cartes...

Mis en ligne par L’Agence d’information

 1er/06/2017

Que se passe-t’il au Congo RDC ?

 RDC - Répression des marches citoyennes, attaquées par des tirs de gaz lacrymogènes et des tirs à balles réelles par l’armée et la police nationale congolaise. (...)

RDC - Répression des marches citoyennes, attaquées par des tirs de gaz lacrymogènes et des tirs à balles réelles par l’armée et la police nationale congolaise.
L’AFP et l’ONU parlent d’au moins 5 morts et 33 blessés.
Internet et les principaux réseaux de téléphonie mobile sont coupés.

Mis en ligne par L’Agence d’information

 21/01/2018