Pourparlers de paix et préparatifs de guerre

19/06/2013
19/06/2013

Malgré la reprise des pourparlers à Kampala, la perspective d’un accord entre le gouvernement rdcongolais et le M23 semble s’éloigner. Hier, mardi 18 jun, aucun échange direct entre les deux parties n’a en effet eu lieu. Des observateurs sur place font état d’importants mouvements de troupes, dans la nuit du 18 au 19, impliquant des éléments sud-africains de la Brigade de l’ONU, des FARDC et des FDLR autour des positions tenues par le M23.
Despite the resumption of negotiations in Kampala, the prospects of an agreement between the DRC Government and M23 seem to be receding. In fact, during the day of Tuesday June 18 there were no direct exchanges between the two parties. Local observers report important troop movements during the night of Jun 18-19, involving South African elements of the UN’s Intervention Brigade, the FARDC and the FDLR, around the positions held by M23.

Interrompus le neuf juin, les pourparlers ont repris à Kampala, en Ouganda, entre les représentants du gouvernement de Kinshasa et la délégation du M23, opposition politico-militaire qui est installée dans la partie orientale du Nord Kivu, dans l’Est de la République démocratique du Congo.

Dans la première équipe, son chef, le ministre des Affaires étrangères Raymond Tshibanda, est accompagné notamment par l’abbé Malu Malu, récemment élu à la tête de la Commission électorale nationale indépendante (CENI), et par François Mwamba, coordonnateur du Mécanisme nationale de suivi de l’accord cadre d’Addis Abeba (signé le 22 février dernier en Éthiopie par onze chefs d’Etat africains, en présence du secrétaire général des Nations unies et de trois organismes africains, et adopté comme base d’une solution pacifique du conflit).

Côté rebelles, René Abandi, président du groupe, est secondé, entre autres, par Stanislas Baleke, en charge du tourisme et de l’environnement dans les zones contrôlées par le M23, et par Kambasu Ngeve, négociateur principal.

Cependant, dans cette première journée, les échanges directs entre les deux parties n’ont pas eu lieu et le facilitateur, le ministre ougandais de la défense Crispus Kiyonga, s’est longuement entretenu avec les membres de la rébellion.

Tout en réitérant l’urgence de traiter les quatre points à l’ordre du jour – évaluation des accords du vingt-trois mars 2009 entre le gouvernement et la rébellion, alors nommée CNDP, questions sécuritaires, problèmes d’ordre social et bonne gouvernance – ces derniers ont tenu à approfondir avec la facilitation un certain nombre d’aspects politique sous-jacents qu’il faudrait, selon eux, clarifier pour arriver à un accord définitif.

De quoi s’agit-il ? Notre envoyé à Kampala nous rapporte que les délégués du M23 ont affirmé le caractère prioritaire de l’« intégration politique », qui, d’après eux, doit précéder l’« intégration militaire ».

« Nous avons exposé notre vision, en insistant particulièrement sur la nécessité de sortir du cliché du M23 comme ‘force négative’ et nous avons demandé une intervention du président ougandais Yoweri Museveni dans ce sens », a déclaré à l’Agence d’Information Stanislas Baleke.

Pour le mouvement de Bertrand Bisimwa et de Sultani Makenga – respectivement président et patron de l’armée du M23 – il s’agit de « calmer le jeu », alors que la partie gouvernementale s’est présentée dans la capitale ougandaise avec une attitude très expéditive.

« La finalité des pourparlers de Kampala, c’est de mettre fin à la rébellion du M23 », avait affirmé avant-hier en guise d’avertissement Tshibanda.

« C’est dans la logique des choses, souligne l’une de nos sources dans la région. Maintenant que la Brigade de l’ONU avec mandat offensif est presque opérationnelle, à Kinshasa on hausse le ton et on ne donne plus tellement d’importance aux négociations ».

En face, la prudence est de mise, mais sans manquer d’une certaine fermeté. « Le gouvernement ferait une erreur grave à sous estimer notre force », a prévenu hier Abandi depuis Bunagana, quartier général de la rébellion.

Toujours est il que pendant la nuit du 18 au 19, des importants mouvements de troupes ont eu lieu autour des positions tenues par le M23. Nombreux observateurs sur place on fait état d’éléments sud-africains de la Brigade, des FARDC et des FDLR.

A Rumangabo et dans les autres camps de la rébellion, les troupes du M23 sont en alerte maximale.

Ainsi, et malgré la reprise des pourparlers, la perspective d’un accord semble s’éloigner. Pour que les événements ne précipitent pas dans une reprise des affrontements, la facilitation a certes un rôle important à tenir.

Dans cette lutte contre le temps, l’activité diplomatique se fait intense dans la sous région. Hier, la ministre rwandaise des Affaires étrangères, Louise Mushikiwabo, s’est rendue en visite éclair à Luanda, où elle a rencontré le président angolais Dos Santos.

Des efforts conjugués pour éviter le pire entre deux pays qui jouent le rôle de colombes dans l’actuelle crise.

Luigi Elongui

Mis en ligne par L’Agence d’information
 19/06/2013
 http://lagencedinformation.com/010-pourparlers-de-paix-et-preparatifs.html
Sauf mention contraire, droits de reproduction et diffusion autorisés selon la licence Creative Commons Attribution BY-SA 4.0

Les habits neufs de l’empire
Guerre et désinformation dans l’Est du Congo

Acheter en ligne (Aviso éditions)


 En savoir plus

Voir aussi

Kivu : la remobilisation meurtrière du racisme

 Depuis bientôt vingt ans les FDLR font régner la terreur dans toute la région du Kivu. Vingt ans après le génocide des Tutsi - en 1994 - on va finir par (...)

Depuis bientôt vingt ans les FDLR font régner la terreur dans toute la région du Kivu. Vingt ans après le génocide des Tutsi - en 1994 - on va finir par comprendre ce grand dessein indéchiffrable qui est à l’origine du génocide des Tutsi. La grande idée – l’a-t-on compris ? –, c’est la remobilisation du racisme, indispensable aux stratégies de domination.

Mis en ligne par L’Agence d’information

 7/04/2013

Est-Congo : l’intervention humanitaire dévoyée

 Supposée combattre les viols et les mutilations sexuelles qui affligent l’est du Congo à grande échelle depuis près de vingt ans, la communauté internationale (...)

Supposée combattre les viols et les mutilations sexuelles qui affligent l’est du Congo à grande échelle depuis près de vingt ans, la communauté internationale aura mobilisé un corps expéditionnaire considérable de maintenant vingt mille hommes, dont une brigade de trois mille avec mandat offensif, qui vont paradoxalement se battre en soutien des forces génocidaires rwandaises FDLR-interahamwe et de leurs alliés, les milices Maï-Maï et l’armée congolaise des FARDC, qui sont les principaux auteurs de ces violences sexuelles.

Supposed to fight rape and sexual mutilation plaguing eastern Congo on a large scale for almost twenty years, the international community has mobilized considerable expeditionary force, now twenty thousand men, including a brigade of three thousand with offensive mandate, in support of the FDLR-Interahamwe Rwandan genocidal forces and their allies, the Mai-Mai militias and the Congolese army FARDC, who are the main perpetrators of sexual violence.

Mis en ligne par L’Agence d’information

 9/08/2013

Vers la guerre totale ?

 Les rafles de Goma sous les yeux de la MONUSCO dévoilent la convergence de forces locales, régionales et internationales autour de la solution militaire de (...)

Les rafles de Goma sous les yeux de la MONUSCO dévoilent la convergence de forces locales, régionales et internationales autour de la solution militaire de la crise dans l’Est de la RDC. Mobilisée par une idéologie raciale et par des intérêts obscurs, cette coalition vise le pouvoir de Kigali au risque d’une conflagration générale et d’une véritable épuration ethnique dans les Grands Lacs.

The round-ups in Goma which are proceeding in plain sight of MONUSCO reveal a convergence of local, sub-regional and international interests behind a military solution to the crisis in eastern DRC. Mobilized by a racial ideology and by unavowed objectives, this coalition is aimed at the government in Kigali, at the risk of a widespread conflagration and true ethnic cleansing in the Great Lakes.

Mis en ligne par L’Agence d’information

 16/06/2013