Pourparlers de paix et préparatifs de guerre

19/06/2013
19/06/2013

Malgré la reprise des pourparlers à Kampala, la perspective d’un accord entre le gouvernement rdcongolais et le M23 semble s’éloigner. Hier, mardi 18 jun, aucun échange direct entre les deux parties n’a en effet eu lieu. Des observateurs sur place font état d’importants mouvements de troupes, dans la nuit du 18 au 19, impliquant des éléments sud-africains de la Brigade de l’ONU, des FARDC et des FDLR autour des positions tenues par le M23.
Despite the resumption of negotiations in Kampala, the prospects of an agreement between the DRC Government and M23 seem to be receding. In fact, during the day of Tuesday June 18 there were no direct exchanges between the two parties. Local observers report important troop movements during the night of Jun 18-19, involving South African elements of the UN’s Intervention Brigade, the FARDC and the FDLR, around the positions held by M23.

Interrompus le neuf juin, les pourparlers ont repris à Kampala, en Ouganda, entre les représentants du gouvernement de Kinshasa et la délégation du M23, opposition politico-militaire qui est installée dans la partie orientale du Nord Kivu, dans l’Est de la République démocratique du Congo.

Dans la première équipe, son chef, le ministre des Affaires étrangères Raymond Tshibanda, est accompagné notamment par l’abbé Malu Malu, récemment élu à la tête de la Commission électorale nationale indépendante (CENI), et par François Mwamba, coordonnateur du Mécanisme nationale de suivi de l’accord cadre d’Addis Abeba (signé le 22 février dernier en Éthiopie par onze chefs d’Etat africains, en présence du secrétaire général des Nations unies et de trois organismes africains, et adopté comme base d’une solution pacifique du conflit).

Côté rebelles, René Abandi, président du groupe, est secondé, entre autres, par Stanislas Baleke, en charge du tourisme et de l’environnement dans les zones contrôlées par le M23, et par Kambasu Ngeve, négociateur principal.

Cependant, dans cette première journée, les échanges directs entre les deux parties n’ont pas eu lieu et le facilitateur, le ministre ougandais de la défense Crispus Kiyonga, s’est longuement entretenu avec les membres de la rébellion.

Tout en réitérant l’urgence de traiter les quatre points à l’ordre du jour – évaluation des accords du vingt-trois mars 2009 entre le gouvernement et la rébellion, alors nommée CNDP, questions sécuritaires, problèmes d’ordre social et bonne gouvernance – ces derniers ont tenu à approfondir avec la facilitation un certain nombre d’aspects politique sous-jacents qu’il faudrait, selon eux, clarifier pour arriver à un accord définitif.

De quoi s’agit-il ? Notre envoyé à Kampala nous rapporte que les délégués du M23 ont affirmé le caractère prioritaire de l’« intégration politique », qui, d’après eux, doit précéder l’« intégration militaire ».

« Nous avons exposé notre vision, en insistant particulièrement sur la nécessité de sortir du cliché du M23 comme ‘force négative’ et nous avons demandé une intervention du président ougandais Yoweri Museveni dans ce sens », a déclaré à l’Agence d’Information Stanislas Baleke.

Pour le mouvement de Bertrand Bisimwa et de Sultani Makenga – respectivement président et patron de l’armée du M23 – il s’agit de « calmer le jeu », alors que la partie gouvernementale s’est présentée dans la capitale ougandaise avec une attitude très expéditive.

« La finalité des pourparlers de Kampala, c’est de mettre fin à la rébellion du M23 », avait affirmé avant-hier en guise d’avertissement Tshibanda.

« C’est dans la logique des choses, souligne l’une de nos sources dans la région. Maintenant que la Brigade de l’ONU avec mandat offensif est presque opérationnelle, à Kinshasa on hausse le ton et on ne donne plus tellement d’importance aux négociations ».

En face, la prudence est de mise, mais sans manquer d’une certaine fermeté. « Le gouvernement ferait une erreur grave à sous estimer notre force », a prévenu hier Abandi depuis Bunagana, quartier général de la rébellion.

Toujours est il que pendant la nuit du 18 au 19, des importants mouvements de troupes ont eu lieu autour des positions tenues par le M23. Nombreux observateurs sur place on fait état d’éléments sud-africains de la Brigade, des FARDC et des FDLR.

A Rumangabo et dans les autres camps de la rébellion, les troupes du M23 sont en alerte maximale.

Ainsi, et malgré la reprise des pourparlers, la perspective d’un accord semble s’éloigner. Pour que les événements ne précipitent pas dans une reprise des affrontements, la facilitation a certes un rôle important à tenir.

Dans cette lutte contre le temps, l’activité diplomatique se fait intense dans la sous région. Hier, la ministre rwandaise des Affaires étrangères, Louise Mushikiwabo, s’est rendue en visite éclair à Luanda, où elle a rencontré le président angolais Dos Santos.

Des efforts conjugués pour éviter le pire entre deux pays qui jouent le rôle de colombes dans l’actuelle crise.

Luigi Elongui

Mis en ligne par L’Agence d’information
 19/06/2013
 http://lagencedinformation.com/010-pourparlers-de-paix-et-preparatifs.html
Sauf mention contraire, droits de reproduction et diffusion autorisés selon la licence Creative Commons Attribution BY-SA 4.0

Les habits neufs de l’empire
Guerre et désinformation dans l’Est du Congo

Acheter en ligne (Aviso éditions)


 En savoir plus

Voir aussi

Pour la libération de Laurent Nkunda

 Cinq ans après la mise en résidence surveillée au Rwanda – et dans une situation de non-droit –, de l’homme qui, seul, avait esquissé un dessein de paix pour la (...)

Cinq ans après la mise en résidence surveillée au Rwanda – et dans une situation de non-droit –, de l’homme qui, seul, avait esquissé un dessein de paix pour la région des Grands Lacs, on revient sur les causes de la déstabilisation dans l’Est de la RDC, que les acteurs occidentaux de la crise congolaise persistent à ignorer, et auxquelles en revanche le président du CNDP avait voulu s’attaquer au prix de sa liberté. Pour cela, son élargissement demeure une étape fondamentale pour le rétablissement de la stabilité et la fin des violences.

Five years after the house arrest in Rwanda – and in a situation of lawlessness –, of the man who alone had sketched a plan for peace in the Great Lakes region, the debate reopens on the causes of the destabilization in eastern DRC, that the Western actors of the Congolese crisis continue to ignore, and which on the other hand the President of CNDP wanted to address, at the cost of his freedom. His enlargement is a fundamental step towards the restoration of stability and an end to violence.

Mis en ligne par L’Agence d’information

 24/01/2014

Le prisonnier des Grands Lacs

 Si l’histoire a démontré que l’ancien président du CNDP n’était pas à l’origine des problèmes qui sévissent encore aujourd’hui à l’Est de la RDC et dans tout le pays, (...)

Si l’histoire a démontré que l’ancien président du CNDP n’était pas à l’origine des problèmes qui sévissent encore aujourd’hui à l’Est de la RDC et dans tout le pays, son élargissement – mesure à prendre dans un cadre régional et par volonté du président Kabila –, pourrait être l’initiative majeure pour consolider le processus de paix et mettre fin à une situation de non-droit.

If history has shown that the former chairman of the CNDP was not the cause of problems that still plague today in eastern DRC and throughout the country, its enlargement – action that should be taken in a regional framework and by the will of President Kabila –, could be the major initiative to consolidate the peace process and put an end to a situation of lawlessness.

Mis en ligne par L’Agence d’information

 24/01/2014

Après Nairobi, Kinshasa reste constant dans son intolérance

 Après une nouvelle offensive des rebelles ougandais dans l’Est du pays, qui a encore une fois mis en évidence l’incapacité de se battre de la part de l’armée (...)

Après une nouvelle offensive des rebelles ougandais dans l’Est du pays, qui a encore une fois mis en évidence l’incapacité de se battre de la part de l’armée régulière des FARDC, le gouvernement congolais recourt à l’intox et accuse le M23, avec lequel il vient pourtant de signer les protocoles de Nairobi. Une mauvaise manière d’entamer le processus de paix.

After a new offensive of the Ugandan rebels in the east of the country, which once again highlighted the incapacity to fight on behalf of the regular army of the FARDC, the Congolese government resorts to disinformation and accuses M23, with which it has nevertheless just signed the protocols of Nairobi. A bad way of beginning the peace process.

Mis en ligne par L’Agence d’information

 28/12/2013