Collaboration entre les forces génocidaires (FDLR) et la Brigade d’intervention de l’ONU

17/07/2013
17/07/2013

"Tout d’abord, des commandants de la brigade d’intervention des rangs les plus élevés ont rencontré à plusieurs reprises leurs homologues des Forces démocratiques de libération du Rwanda (FDLR) avec lesquels, d’après les informations crédibles, fiables et détaillées dont dispose le Gouvernement rwandais, ils ont évoqué différentes formes de collaboration tactique et stratégique. Leurs agissements, qui laissent entendre qu’ils favorisent l’un des groupes armés dont ils sont censés décourager les activités militaires, sont très préoccupants."

Lettre datée du 9 juillet 2013,
adressée au Président
du Conseil de sécurité
par le Représentant permanent du Rwanda
auprès de l’Organisation des Nations Unies

D’ordre du Gouvernement rwandais, j’ai l’honneur de porter à votre connaissance les agissements et comportements récemment observés au sein de la brigade d’intervention de la Mission de l’Organisation des Nations Unies pour la stabilisation en République démocratique du Congo (MONUSCO), que mon gouvernement juge très préoccupants.

Comme vous le savez, le Rwanda a soutenu l’adoption de la résolution 2098 (2013) du Conseil de sécurité autorisant la création et le déploiement d’une brigade d’intervention au sein de la MONUSCO. Cette résolution nous semblait en effet aller dans le sens de la paix et de la stabilité dans la région, et la brigade d’intervention nous semblait un moyen efficace de décourager la reprise des violences, en attendant que les efforts déployés aux niveaux régional et international débouchent sur un règlement politique.

Des sources dignes de foi indiquent cependant que, depuis leur arrivée sur le terrain, certains éléments de la brigade d’intervention de la MONUSCO se livrent à des activités contraires à leur mission et aux intérêts de la paix et de la stabilité dans la région.

Tout d’abord, des commandants de la brigade d’intervention des rangs les plus élevés ont rencontré à plusieurs reprises leurs homologues des Forces démocratiques de libération du Rwanda (FDLR) avec lesquels, d’après les informations crédibles, fiables et détaillées dont dispose le Gouvernement rwandais, ils ont évoqué différentes formes de collaboration tactique et stratégique. Leurs agissements, qui laissent entendre qu’ils favorisent l’un des groupes armés dont ils sont censés décourager les activités militaires, sont très préoccupants.

On observe ensuite, de manière tout aussi préoccupante, des cas de collaboration entre les Forces armées de la République démocratique du Congo (FARDC) et les FDLR, souvent au vu et au su de certains membres de la brigade d’intervention, voire avec leur accord. Nous sommes en possession d’informations fiables faisant état de plusieurs cas, dont certains cautionnés par les commandants de la brigade d’intervention, d’intégration d’unités ou de commandants des FDLR aux unités de commandos des FARDC près de la frontière rwandaise.

Enfin, les cas de livraison aux FDLR de grandes quantités d’armes et de munitions par des officiers des FARDC se sont multipliés, au vu et au su des commandants de la brigade d’intervention.

Les activités et comportements évoqués ci-dessus, qui sont pris très au sérieux par mon gouvernement, constituent non seulement une grave menace à la sécurité de mon pays mais remettent également en cause la crédibilité de la MONUSCO et de ses activités de maintien de la paix.

Toute arrière-pensée motivée par des intérêts politiques ou économiques, comme cela semble être le cas ici, nuira à la mise en œuvre de l’Accord-cadre pour la paix, la sécurité et la coopération en République démocratique du Congo et dans la région.

Les informations contenues dans la présente lettre ont été communiquées au Secrétaire général dans la lettre datée du 8 juillet 2013 que lui a adressée la Ministre des affaires étrangères et de la coopération, Louise Mushikiwabo.

Je vous serais obligé de bien vouloir faire distribuer le texte de la présente lettre comme document du Conseil de sécurité.

L’Ambassadeur,
Représentant permanent
(Signé) Eugène-Richard Gasana

Mis en ligne par L’Agence d’information
 17/07/2013
 https://lagencedinformation.com/026-collaboration-entre-les-forces.html
Sauf mention contraire, droits de reproduction et diffusion autorisés selon la licence Creative Commons Attribution BY-SA 4.0

Les habits neufs de l’empire
Guerre et désinformation dans l’Est du Congo

Acheter en ligne (Aviso éditions)


 En savoir plus

PDF 30.4 ko

 s_2013_402.pdf

Voir aussi

Yolande Mukagasana : "Où est Human Right Watch quand la Tanzanie chasse les (...)

 Ce 8 août expirait le délai donné par le gouvernement tanzanien aux personnes d’origine rwandaise résidant sur son territoire pour déguerpir. Ceci concerne des (...)

Ce 8 août expirait le délai donné par le gouvernement tanzanien aux personnes d’origine rwandaise résidant sur son territoire pour déguerpir. Ceci concerne des dizaines de milliers d’individus soudainement sommés de quitter leurs maisons, leurs vies, obligés de partir sans même pouvoir emporter leurs biens, et contraints d’abandonner jusqu’à leurs vaches. L’écrivaine Yolande Mukagasana, véritable conscience du génocide des Tutsi, dénonce ce nouveau crime, pour le moins révélateur de l’hostilité des autorités tanzaniennes vis-à-vis du Rwanda – alors même que la Tanzanie se trouve diriger la brigade offensive de l’ONU au Kivu.

Mis en ligne par L’Agence d’information

 10/08/2013

Les fausses "fosses communes" inventées par Julien Paluku

 Fin octobre, le gouverneur du Nord-Kivu, Julien Paluku, affirmait qu’avaient été trouvées des fosses communes, à Kibumba, dans un secteur contrôlé jusque-là par (...)

Fin octobre, le gouverneur du Nord-Kivu, Julien Paluku, affirmait qu’avaient été trouvées des fosses communes, à Kibumba, dans un secteur contrôlé jusque-là par le M23. Une enquête internationale a été menée pour vérifier ce qu’il en était. Il s’avère quen guise de "fosses communes", s’il y avait bien trois sites, un seul comportait jusqu’à cinq squelettes. Tous étaient particulièrement anciens, jusqu’à "plusieurs dizaines d’années", remontant possiblement à la période 1994-96. De plus, ils semblaient avoir été déplacés et disposés récemment. Ni "fosses communes", ni attribuables au M23, il ne s’agissait que d’un ballon de désinformation. Une manipulation de plus.

Mis en ligne par L’Agence d’information

 14/11/2013

RDCongo. Quand la Communauté Internationale comprendra-t-elle (ou mieux, (...)

 L’Agence d’information présente ici en exclusivité un document explosif. Il s’agit de la réflexion critique, signée par un pseudonyme, d’un officiel de la (...)

L’Agence d’information présente ici en exclusivité un document explosif. Il s’agit de la réflexion critique, signée par un pseudonyme, d’un officiel de la MONUSCO, la mission des Nations unies au Congo démocratique, sur l’attitude et les choix des acteurs internationaux de la crise congolaise. Tout en remettant en question pas mal d’idées reçues, le texte jette une lumière troublante sur les relations de Kinshasa avec ses partenaires et pose des questions brûlantes sur l’avenir d’un pays qui n’arrive pas à sortir d’une zone de hautes turbulences

The agence d’information presents an exclusive and explosive document. It is some critical thoughts, signed under a pseudonym, by an official of the MONUSCO, the mission of the United nations in the Democratic republic of Congo, and is about the attitude and the choices of the international protagonists of the Congo crisis.

Mis en ligne par L’Agence d’information

 5/03/2015