Pour gagner la guerre contre le M23, les faucons des FARDC continuent à agiter le miroir aux alouettes du Rwanda et envisagent la SADC comme dernier recours

23/02/2023
23/02/2023

L’option militaire…

« Avec les efforts du commandant suprême, les efforts qui ont fait que les sanctions auxquelles nous faisions face ont été levées, nous sommes dans une phase où nous devons renforcer nos relations au niveau régional avec la SADC et au niveau bilatéral avec certains pays de la région, nous ouvrir à d’autres horizons. On a eu de bons contacts et ça va produire des fruits d’ici là... La guerre contre le Rwanda, nous allons la gagner, et tous ces territoires conquis par le Rwanda et le M23 seront repris sans aucune forme de négociation... »
— Général-major Chico Tshitambwe

Le général-major Chico Tshitambwe est CEMA (chef d’État-major des Armées) adjoint chargé des opérations au sein des FARDC, les Forces armées de la République démocratique du Congo. Rapportés dans l’édition du mercredi 22 au jeudi 23 février d’Africa News, ses propos intéressent à plus d’un titre.

Tout d’abord, en annonçant l’option guerrière et le refus du dialogue avec le M23 (Mouvement du 23 mars), ils contredisent les engagements dernièrement pris et réitérés par le gouvernement de la République démocratique du Congo (RDC) lors du Mini Sommet sur la paix et la sécurité dans la région Est de la RDC du 17 février 2023 à Addis-Abeba, dont le communiqué final faisait état de la décision d’un cessez-le-feu immédiat établi par les chefs d’État et de gouvernement des 7 pays de la Communauté de l’Afrique de l’Est (EAC).

Ainsi et en laissant déclarer le n°2 de l’Armée, dont il est « commandant suprême », que « la guerre contre le Rwanda nous allons la gagner », le président Tshisekedi « s’est enfermé dans un embrigadement et le durcissement : une rhétorique de non-négociation, une intransigeance fondée sur un fantasme, comme souligne l’analyste congolais Tite Gatabazi sur son compte Twitter, tout en ajoutant qu’« il signe des accords sachant pertinemment qu’il ne les respectera pas. Nul ne peut lui faire confiance. Peu fiable. ».

Néanmoins, ne doit-on pas se demander qui est le véritable capitaine dans le bateau ivre de la RDC ?

Le général Tshitambwe est l’un des officiers de la nouvelle génération montante formée à l’école de la contre-insurrection, et qui gravissent les échelons au sein des FARDC à l’ombre du tout-puissant patron de la Maison militaire du chef de l’État, le lieutenant-général François Ntumba Bwamwanda, dit Frank, un ancien kabiliste auquel les observateurs avertis prêtent le rôle d’éminence grise derrière toutes les décisions importantes du président.

Comme celle concernant le recours que Tshitambe affirme en grande pompe, mais sans donner plus de précisions, aux forces de la Communauté de développement de l’Afrique australe (SADC, selon l’acronyme anglais) pour gagner la guerre contre le M23.

Ce qui suppose en même temps une prise de distance par rapport à la Force régionale de la Communauté d’Afrique de l’Est (EACRF), dont les agissements ne satisfont pas les faucons des FARDC qui espéraient son engagement offensif contre le M23.

Last but not least, la conclusion des affirmations de Tshitambwe (« Ça fait presque 25 ans que notre population dans la partie Est souffre beaucoup. Du massacre de Makobola jusqu’à celui de Kishishe, tout est documenté. Les massacres de l’Est portent un nom et une adresse. Tôt ou tard, les responsables vont payer ») est emblématique de l’« extrême politisation » de son discours, qui fixe une sorte de continuité génétique parmi les auteurs des crimes de masse qui, depuis 30 ans, ensanglantent l’Est de la RDC.

On y trouve la référence, ici implicite, aux Tutsi et, par extension, au Rwanda, référence qui se manifeste dans sa forme explicite à travers les propos et messages haineux, propres à ce narratif à visée négationniste propagé par les champions du racisme interlacustre.

Luigi Elongui

Mis en ligne par L’Agence d’information
 23/02/2023
 http://lagencedinformation.com/130-pour-gagner-la-guerre-contre-le.html
Sauf mention contraire, droits de reproduction et diffusion autorisés selon la licence Creative Commons Attribution BY-SA 4.0

La Nuit rwandaise 11 - Volume 1 | La Nuit rwandaise 11 - Volume 2

LE TARTUFFE OU L’IMPOSTEUR / ARCHIVES & TÉMOIGNAGES / LES FAITS SONT TÊTUS / DOCUMENTS / NEGATIONNISME ET EGLISE / RWANDA, DEMAIN / LA NUIT BURUNDAISE / LA NUIT CONGOLAISE / DOCUMENTS / DOSSIER DGR / RWANDA, ILS ECRIVENT / REMERCIEMENTS


 En savoir plus

Voir aussi

Pour la libération de Laurent Nkunda

 Cinq ans après la mise en résidence surveillée au Rwanda – et dans une situation de non-droit –, de l’homme qui, seul, avait esquissé un dessein de paix pour la (...)

Cinq ans après la mise en résidence surveillée au Rwanda – et dans une situation de non-droit –, de l’homme qui, seul, avait esquissé un dessein de paix pour la région des Grands Lacs, on revient sur les causes de la déstabilisation dans l’Est de la RDC, que les acteurs occidentaux de la crise congolaise persistent à ignorer, et auxquelles en revanche le président du CNDP avait voulu s’attaquer au prix de sa liberté. Pour cela, son élargissement demeure une étape fondamentale pour le rétablissement de la stabilité et la fin des violences.

Five years after the house arrest in Rwanda – and in a situation of lawlessness –, of the man who alone had sketched a plan for peace in the Great Lakes region, the debate reopens on the causes of the destabilization in eastern DRC, that the Western actors of the Congolese crisis continue to ignore, and which on the other hand the President of CNDP wanted to address, at the cost of his freedom. His enlargement is a fundamental step towards the restoration of stability and an end to violence.

Mis en ligne par L’Agence d’information

 24/01/2014

Nouvelles attaques des FARDC contre le M23

 Le 21 et le 22 juillet 2013 deux attaques importantes ont été lancées contre le M23 par les Forces armées rdcongolaises sans que les positions bougent, ceci en (...)

Le 21 et le 22 juillet 2013 deux attaques importantes ont été lancées contre le M23 par les Forces armées rdcongolaises sans que les positions bougent, ceci en dépit d’importants bombardements, et du recours aux hélicoptères ainsi qu’à l’infanterie. La guerre de l’information fait toujours rage autour de cette bataille dont la prolongation et l’intensification interdisent tout pronostic.

Two important attacks against the M23 have been launched on july 21 and 22, lead by the FARDC, and failed to move the frontline, despite heavy shelling and the help of helicopters and infantery. The war of information is still raging about this battle as its extension and intensification prohibit prognosis.

Mis en ligne par L’Agence d’information

 23/07/2013

La brigade d’intervention de la Monusco au secours du M23 ?

 La dynamique des affrontements de ce mercredi 10 juillet, à Kanyaruchinya, met en exergue la faiblesse du régime congolais et les nombreuses contradictions (...)

La dynamique des affrontements de ce mercredi 10 juillet, à Kanyaruchinya, met en exergue la faiblesse du régime congolais et les nombreuses contradictions d’ordre militaire et politique inhérentes à l’opérationnalisation de la Brigade d’intervention établie par la résolution 2098 du Conseil de sécurité.

Mis en ligne par L’Agence d’information

 11/07/2013