29/05/2017

Davantage qu’un allié, Luanda s’impose comme la puissance tutélaire de Kinshasa. Le 17 mai un accord de coopération bilatéral américano-angolais était conclu à Washington, aux termes duquel l’armée angolaise serait chargée de rétablir l’ordre en RDC, au Burundi et en République centrafricaine.

26/05/2017

« La situation en RDC constitue un problème très grave, comme en témoigne l’évolution actuelle de la violence dans les régions du Kasaï et du Kasaï central, qui a entraîné la [récente] migration [de populations du Kasaï en Angola], les crises humanitaire et sanitaire, avec des conséquences incalculables. » Au-delà du langage diplomatique, les paroles sonnent comme un avertissement. C’est le ministre angolais de la Défense, Joao Lourenço – successeur annoncé du président Dos Santos –, qui les a prononcées, en conclusion des discussions avec ses homologues de la Conférence internationale de la région des Grands lacs (CIRGL). Discussions qui se sont tenues mercredi 24 à Luanda, suite à une semaine de tensions entre les deux pays.

Une semaine auparavant, le 17 mai, l’Angola était seul pays africain invité par les USA à une réunion stratégique sur la RDC et le Burundi au Pentagone, réunion à l’issue de laquelle était signé un accord de coopération militaire bilatérale avec Washington, en vue du rôle que Luanda doit jouer dans les crises en Afrique centrale et dans les Grands lacs. Le lendemain, la Commission militaire américaine à la Chambre des représentants autorisait le Pentagone à une importante fourniture d’armes à l’Angola. « Nous sommes engagés à essayer d’aider les pays des Grands lacs pour trouver la paix dont ils ont besoin, en particulier la RCA, qui vit une situation d’instabilité qui dure depuis plusieurs années, mais aussi la RDC et le Burundi », déclarait à cette occasion Joao Lourenço. Silence officiel de Kinshasa et titres à la une de la presse congolaise : « Luanda, nouveau gendarme de la sous-région ? »
Trois jours plus tard, dimanche 21, à 2h du matin, l’infanterie angolaise avec artillerie lourde et tanks se déployait à la frontière ouest de la RDC avec Luanda.

Est reproché aux autorités congolaises un usage de la violence excessif contre la rébellion de Kamwina Nsapu – qui implique des tribus transfrontalières –, et l’exode qui s’ensuit de populations du Kasaï vers l’Angola. Est également critiqué le refus du président Kabila de nouer un dialogue véritable avec l’ensemble de l’opposition. Ce qui crée un état de révoltes endémiques dans le pays, avec des risques de contagion à l’échelle régionale.

Les réactions à Kinshasa sont les mêmes : bruits médiatiques et aphonie du côté gouvernemental.

Allié historique de la RDC depuis la prise de pouvoir de Laurent Désiré Kabila en 1997 et « faiseur de roi » quatre ans après pour avoir propulsé à la tête du pays voisin le fils de ce dernier, Joseph, l’Angola a opéré un brusque revirement en décembre 2016 lorsqu’au lieu de démissionner, comme la fin de son mandat le prévoyait, Joseph Kabila a décidé de se maintenir au pouvoir, au terme d’un long bras de fer avec l’opposition. C’est à la police et à la Garde républicaine qu’était alors confiée la répression de toute forme de contestation – les manifestations étant étouffées dans le sang. Luanda, qui s’occupait de la formation de ce deux corps, a pris aussitôt ses distances et retiré tous ses militaires dès avant la fin de l’année.

Il s’agirait d’un véritable tournant de la politique angolaise – dû aussi à la montée en puissance de l’actuel ministre de la Défense, nouvel homme fort du pays. Les événements de ces dernières semaines, avec les bruits de bottes à la frontière, semblent bien le confirmer. Ce 29 mai, interviewé par Christophe Boisbouvier sur les ondes de RFI, le ministre angolais de l’intérieur, M. Tchikoti, a critiqué les déclarations de Kinshasa sur la crise au Kasaï, et s’est dit favorable à une enquête internationale sur la situation dramatique des droits de l’homme dans la région et le meurtre il y a deux mois de deux experts de l’ONU qui enquêtaient sur les nombreux charniers identifiés. Rappelons quant à la mort de Zaida Catalan et Michael Sharp qu’il y a une présomption de culpabilité des services de sécurité de la RDC. [Voir article]

A noter également, suite à l’évasion spectaculaire de la prison de Kinshasa le même 17 mai où l’accord américano-angolais se concluait à Washington, que des rapports d’ONG font état de 500 morts, recensés on suppose en grande partie parmi les prisonniers, alors qu’on enregistrait 4500 évasions. 17 mai où Kabila aurait largement préféré fêter plus sereinement l’accession de son père au pouvoir il y a vingt ans.

L’Agence d’information

Mis en ligne par L’Agence d’information
 29/05/2017
 http://lagencedinformation.com/116-rdc-angola-trump-prend-la-main.html
Sauf mention contraire, droits de reproduction et diffusion autorisés selon la licence Creative Commons Attribution BY-SA 4.0

Les habits neufs de l’empire
Guerre et désinformation dans l’Est du Congo

Acheter en ligne (Aviso éditions)


 En savoir plus

Voir aussi

RDC : Management par la terreur

 Depuis octobre 2014, à Beni, dans le Nord-Kivu, une série interminable de massacres à la machette ciblant la communauté Nande a fait plus de 1000 victimes. (...)

Depuis octobre 2014, à Beni, dans le Nord-Kivu, une série interminable de massacres à la machette ciblant la communauté Nande a fait plus de 1000 victimes.

Alors que les violences font depuis quelque mois tâche d’huile dans les territoires de Lubero, Walikale, Rutshuru et Masisi, où les différentes communautés s’affrontent par milices interposées, la responsabilité du pouvoir et de ces relais locaux émergent dans l’orchestration des atrocités.

Un désordre entretenu en forme de diversion, pendant que le président Kabila prépare son maintien illégal au sommet de l’Etat au-delà du délai constitutionnel du 19 décembre 2016.

Mis en ligne par L’Agence d’information

 8/05/2016

RDCongo : Le régime sous pression

 Le pouvoir a été obligé de faire les premières concessions face à la contestation populaire et aux inquiétudes des chancelleries hantées par le spectre d’un (...)

Le pouvoir a été obligé de faire les premières concessions face à la contestation populaire et aux inquiétudes des chancelleries hantées par le spectre d’un embrasement incontrôlable. Mais le retrait de la disposition litigieuse de la nouvelle loi électorale qui aurait permis à Joseph Kabila de prolonger sa mandature au-delà de 2016 doit être entérinée par la signature du magistrat suprême et ne semble pas en tout cas épuiser les revendications du mouvement de masse

The regime had to do the first concessions considering the popular contestation and the fear of the diplomats haunted by the fact that the country would slide into chaos. But the deletion of contested law that would have permitted to Joseph Kabila to prolong his mandate beyond 2016 must be endorsed by the signature of the supreme magistrate and doesn’t seem to exhaust the demands of this mass mouvement.

Mis en ligne par L’Agence d’information

 25/01/2015

L’ONU déclare la guerre

 L’ONU a donné un ultimatum au M23 de déposer les armes sous 48 heures, soit avant jeudi 16 heures, après quoi la brigade offensive constituée de Tanzaniens et (...)

L’ONU a donné un ultimatum au M23 de déposer les armes sous 48 heures, soit avant jeudi 16 heures, après quoi la brigade offensive constituée de Tanzaniens et de Sud-africains pourraient intervenir aux côtés des FARDC associées aux FDLR et Maï-Maï.

The UN has given an ultimatum to the M23 to disarm within 48 hours, before Thursday at 4pm, after which the "offensive brigade" with Tanzanians and South Africans could intervene alongside the FARDC and FDLR associated with Mai-Mai.

Mis en ligne par L’Agence d’information

 31/07/2013