RDC. Sanctions (2) : Paris quitte et… double

23/05/2017
23/05/2017

Cédant aux pressions anglaises, la France aurait finalement accepté que le puissant patron des renseignements congolais, son protégé, soit inclus parmi les officiels soumis aux sanctions, mais à la place du général Mundos…

23/05/ 2017

Le correspondant de l’Agence d’information (AI) à Bruxelles nous rapporte que, suite aux derniers développements du débat entre Etats membres dans la commission pour les sanctions de l’Union européenne (UE) concernant la république démocratique du Congo (RDC), le représentant de la France aurait finalement cédé aux pressions anglaises pour que Kalev Mutond – le chef des renseignements de Kinshasa – soit blacklisté [lire l’AI du 21/05, RDC. Sanctions : Kalev or not Kalev].

La discussion aurait été laborieuse. Paris aurait exigé en contrepartie la levée du nom – qui figurait dans la liste – du général Akilimali Muhindo, dit Mundos. Ce dernier a été plusieurs fois cité, autant dans les rapports de l’ONU que par des Ong indépendantes, comme l’un des organisateurs et exécuteurs des massacres de civils à Beni, dans l’Est de la RDC, entre octobre 2014 et décembre 2016.

Il est actuellement en service au Kasaï, où ses hommes – les tristement célèbres Hiboux – sont à nouveau à l’œuvre dans le bataillon créé par le Général Delphin Kahimbi [Voir l’AI du 10/05, [RDC/Kasaï. Le bataillon « gris » de Kananga–>http://www.lagencedinformation.com/111-rdc-kasai-le-bataillon-gris-de.html]], responsable d’exactions contre les populations, victimes, selon le Bureau conjoint aux droits de l’Homme des Nations unies (BCDHNU), de nombreuses exécutions extrajudiciaires.

Les modalités de cet échange, qui témoigne d’un certain malaise de la maison de Bruxelles dans ses relations avec le gouvernement congolais, auraient été suggérées au délégué français par les renseignements de son pays, soucieux de préserver un homme agissant au cœur de l’engrenage répressif en RDC.
La prolongation de ces tractations retarde aussi la publication et l’application des sanctions, que tous les membres de la Mission sur place – où règne une fébrilité accentuée par les derniers événements (assassinat des deux experts des Nations unies, évasions…) – ne voient pas de bon œil.

L’Agence d’information

Mis en ligne par L’Agence d’information
 23/05/2017
 http://lagencedinformation.com/114-rdc-sanctions-2-paris-quitte-et.html
Sauf mention contraire, droits de reproduction et diffusion autorisés selon la licence Creative Commons Attribution BY-SA 4.0

Les habits neufs de l’empire
Guerre et désinformation dans l’Est du Congo

Acheter en ligne (Aviso éditions)


 En savoir plus

Voir aussi

RDC. Massacres de Beni : l’ONU en porte-à-faux

 Pendant le carnage d’Oïcha, près de Beni, début juillet, les Casques Bleus n’ont pas assuré, pour l’énième fois, la protection des populations. Les déclarations (...)

Pendant le carnage d’Oïcha, près de Beni, début juillet, les Casques Bleus n’ont pas assuré, pour l’énième fois, la protection des populations.
Les déclarations officielles de la MONUSCO, en contradiction avec la réalité des faits, trahissent l’« embarras » de la force des Nations Unies, alliée d’une armée que l’on sait impliquée dans les atrocités. Ce qui peut expliquer la non-intervention systématique et réitérée des soldats aux ordres du général français Jean Baillaud, théoricien de "l’approche globale" [portrait du général Baillaud à venir sur l’Agence d’information voir photo ci-dessous].
Une situation tragique et trouble, dans laquelle les communautés victimes des exactions sont déterminées à s’organiser pour l’auto-prise en charge de leur propre sécurité.

Mis en ligne par L’Agence d’information

 22/07/2016

RDC/Angola : Trump prend la main ?

 Davantage qu’un allié, Luanda s’impose comme la puissance tutélaire de Kinshasa. Le 17 mai un accord de coopération bilatéral américano-angolais était conclu à (...)

Davantage qu’un allié, Luanda s’impose comme la puissance tutélaire de Kinshasa. Le 17 mai un accord de coopération bilatéral américano-angolais était conclu à Washington, aux termes duquel l’armée angolaise serait chargée de rétablir l’ordre en RDC, au Burundi et en République centrafricaine.

Mis en ligne par L’Agence d’information

 29/05/2017

RDC : Une nouvelle union sacrée face à un probable changement de la (...)

 Dans toute la bande orientale du pays, lentement mais certainement, l’opposition monte contre les manœuvres du pouvoir central. Saura-t-elle atteindre les (...)

Dans toute la bande orientale du pays, lentement mais certainement, l’opposition monte contre les manœuvres du pouvoir central. Saura-t-elle atteindre les autres provinces ?

In all the eastern stripe of the country, slowly but surely, contestation is growing against the central power’s manœuvres. Will it be able to attain the other provinces ?

Mis en ligne par L’Agence d’information

 15/01/2015