7/04/2015

Un gradé s’est suicidé le dimanche de Pâques à cause des exactions à fond "tribal" de ses collègues contre la population et une embuscade qui a coûté la vie ce matin à trois officiers témoignent d’une spirale sanglante largement prévue et qui s’installe dans ce territoire de l’Est. Qui tire les ficelles ?

An officer committed suicide on Easter sunday because of the "tribal-based" exactions from his colleagues against the population and an ambush that cost the life of three officers this morning, witness of a bloody spiral mostly foreseen and that’s setting up in the eastern territory. Who’s pulling strings ?

07 / 04 / 2015
Dans son édition du 30 mars, l’Agence d’information avait titré Chaos en gestation à l’Est et annoncé l’avènement d’une coalition de groupes armés aux finalités obscures dans le territoire du Masisi, dans le Nord Kivu. Force promotrice de l’alliance, l’APCLS du « général » Janvier, une milice à dominance hunde avec de solides relations la liant à des hommes politiques locaux appartenant à la famille politique du chef de l’Etat. Pendant la réunion fondatrice, les objectifs de ce regroupement hétéroclite avaient été mis à jour : « la revendication des accords pris dans le passé avec le gouvernement, la lutte contre toute agression des Rwandophones et contre les attaques des forces gouvernementales, l’exploitation des minerais dans leurs zones respectives afin de se ravitailler en armes et munitions et la préparation et l’accompagnement des politiciens de leur communauté pendant les échéances électorales ». Dans le sous-titre du papier, on avait indiqué les éventuels apprentis sorciers : « les réseaux d’élite politico-économiques liés au gouvernement et certains haut gradés proches de la maison militaire du chef de l’Etat ».
Bref, un parfum de déstabilisation, de chaos programmé pour des fins inavouables. De quoi craindre le pire, en somme. Et le pire est en train de se manifester. Deux faits tragiques viennent de défrayer la chronique à Masisi. Pour rendre compte du premier, nous reproduisons le papier qui lui a consacré Le Soleil du Graben d’il y a deux jours :

« Effarouché par les exactions de ses collègues contre la population civile, un officier FARDC se donne la mort dans le territoire de Masisi.
Le Major Joseph Ruganirwa s’est donné la mort ce dimanche de Pâques, 05 Avril 2015, après avoir assisté impuissant aux nombreuses exactions menées par les militaires de son unité contre la population civile Rwandophone dans le territoire de Masisi. Selon certains de ses collègues qui ont requis l’anonymat, c’est depuis plusieurs jours que le major Joseph Ruganirwa, officier de Forces Armées de la République Démocratique du Congo basé dans le Masisi, se plaignait auprès de sa hiérarchie du comportement de ses collègues militaires vis-à-vis des personnes civiles appartenant à la communauté Rwandophone. Il avait rapporté à ses supérieurs des cas d’homicides, viols, pillages et tueries des bétails, destructions méchantes et autres voies des faits dirigés contre les Rwandophones de Masisi et tous ceux qui prenaient leur défense. Il avait évoqué dans ses correspondances, selon les dires de ses collègues, « une expédition punitive sélective et permanente sans justification ». Mais ses plaintes sont restées sans suite à telle enseigne que cet officier a fini par faire l’objet de moquerie de la part de ses collègues. Incapable de garantir, seul, la sécurité de ses compatriotes et contrarié par le silence de sa hiérarchie, le Major Joseph Ruganirwa ne sut s’empêcher de conclure à la complicité de ses supérieurs dans lesdites exactions. Très tôt ce matin de Pâques, après avoir pris son bain, le Major Joseph se rendra dans la cour de sa résidence, arme à la main, s’assiéra sur un banc, griffonnera quelques mots sur un bout de papier justifiant l’acte qu’il allait poser et portera le canon de son AK47 sur la partie saillante du visage située sous la bouche, le menton, pour se tirer une balle qui ressortit de la partie supérieure de sa tête avant de s’écrouler par terre gisant dans un bain de sang ». Le Major Ruganirwa est originaire de Mulenge dans la province du Sud-Kivu, il laisse derrière lui une veuve et six orphelins ».

Ajoutons comme seul commentaire, qu’étant le protagoniste du geste un rwandophone lui-même qui n’avait pas adhéré au M23, mouvement revendiquant parmi ses objectifs la non-discrimination des rwandophones, l’épisode en dit long sur l’état de désarroi dans lequel verse une partie des populations du Kivu.
Le deuxième épisode a eu lieu ce matin à cinq heures près de Kibati, selon l’une de nos sources, hier lundi 6 avril, selon Radio Okapi, près de Migango, deux localités qui se trouvent dans le territoire de Masisi. Un convoi des forces régulières (FARDC) a été objet de tirs de roquettes qui ont tué le colonel Bawili, un lieutenant colonel et un capitaine. Une troisième source indique que l’embuscade aurait eu lieu à deux kilomètres d’une position militaire.
Sur la nature des assaillants, l’hypothèse FDLR — les rebelles hutu rwandais sévissant dans l’Est — a été avancée par les autorités. Si elle ne peut pas être exclue, on sait également que les diverses unités des FARDC opérant dans la zone agissent désormais de manière autonome et avec des liens spécifiques avec les groupes armés, y compris les FDLR. Ce qui crée un climat de rivalité sur le contrôle du territoire et la gestion des ressources. Et une dynamique perverse, de plus en plus meurtrière.
Luigi Elongui

Mis en ligne par L’Agence d’information
 7/04/2015
 http://lagencedinformation.com/092-rdc-congo-derives-meurtrieres-a.html
Sauf mention contraire, droits de reproduction et diffusion autorisés selon la licence Creative Commons Attribution BY-SA 4.0

Les habits neufs de l’empire
Guerre et désinformation dans l’Est du Congo

Acheter en ligne (Aviso éditions)


 En savoir plus

 En images

  Carte - Geolocalisation

Voir aussi

RDC. Passage en force de Kabila

 Kabila tente de disperser l’opposition unie dans le RASSOP, en débauchant en son sein tout en refusant de réellement l’inclure ainsi que le prévoyaient les (...)

Kabila tente de disperser l’opposition unie dans le RASSOP, en débauchant en son sein tout en refusant de réellement l’inclure ainsi que le prévoyaient les accords du 31 décembre. Selon un observateur attentif de la situation dont l’AI rapporte les propos, travailler à la formation d’une coalition de toutes les forces qui s’opposent à la dictature est la seule voie d’issue à la crise actuelle.

Mis en ligne par L’Agence d’information

 19/05/2017

Mamadou tué par les siens

 La version officielle de Kinshasa, qui indique les rebelles ougandais de l’ADF-Nalu comme les auteurs du meurtre, ne tient pas la route. Un faisceau (...)

La version officielle de Kinshasa, qui indique les rebelles ougandais de l’ADF-Nalu comme les auteurs du meurtre, ne tient pas la route. Un faisceau d’indices convergents suggère au contraire la participation de soldats de l’armée régulière à l’assassinat du patron des URR. Ils auraient, selon nos sources, obéit aux ordres d’un officier proche du chef de l’Etat.

The official version of Kinshasa, which indicates the Ugandan rebels of the ADF-Nalu as the murderers, is not consistent. Converging evidence suggests the contrary, involving soldiers of the regular army to murder the boss of URR. They have, according to our sources, obeyed the orders of an officer close to the head of state.

Mis en ligne par L’Agence d’information

 5/01/2014

Interview de Bertrand Bisimwa : "de grandes avancées sont en train d’être (...)

 « Les extrémistes du régime de Kinshasa assument publiquement l’option militaire comme unique solution de la crise et se servent [des négociations] de Kampala (...)

« Les extrémistes du régime de Kinshasa assument publiquement l’option militaire comme unique solution de la crise et se servent [des négociations] de Kampala comme d’une simple couverture. »

« L’Afrique a les moyens pour s’affirmer comme protagoniste de la mondialisation et ne veut plus se faire imposer de mauvaises solutions à ses crises. »

« Le gouvernement congolais a eu recours aux moyens les plus ignobles et inhumains, à savoir la mise à mort de ses propres citoyens par le largage à l’aveuglette des bombes sur la ville de Goma, dont la responsabilité aurait dû être rejetée sur le M23. »

« Le Kivu nécessite un statut spécial avec un plan pour sa sécurisation, sa stabilisation et sa reconstruction. »

Mis en ligne par L’Agence d’information

 21/10/2013

Mots-clés