23/07/2013

Le 21 et le 22 juillet 2013 deux attaques importantes ont été lancées contre le M23 par les Forces armées rdcongolaises sans que les positions bougent, ceci en dépit d’importants bombardements, et du recours aux hélicoptères ainsi qu’à l’infanterie. La guerre de l’information fait toujours rage autour de cette bataille dont la prolongation et l’intensification interdisent tout pronostic.

Two important attacks against the M23 have been launched on july 21 and 22, lead by the FARDC, and failed to move the frontline, despite heavy shelling and the help of helicopters and infantery. The war of information is still raging about this battle as its extension and intensification prohibit prognosis.

Le 21 juillet 2013, les combats ont repris vers midi, l’armée congolaise commençant les bombardements de Mutaho, la position du M23 qui surplombe la ville et l’aéroport de Goma (à une douzaine de kilomètres). Quelques heures plus tard l’infanterie partait à l’attaque, et était repoussée. Les combats se sont ainsi terminés au soir sans que les positions respectives aient bougé, ainsi que cela s’est vu tout au long de cette bataille depuis le 14 juillet.

Le 22 au matin, quatre bataillons, composés des FDLR et des FARDC, ont essayé d’attaquer les positions du M23 en passant par Kibunba et le parc de Virunga, c’est-à-dire en contournant la ligne de front.

Une deuxième attaque des FARDC et FDLR, commandée par le fameux colonel Mamadou Ndala, visait les positions du M23 à partir de Rusayo. Les victimes dans les rangs des assaillants se sont comptées par dizaines (on dit jusqu’à une centaine).

Voilà une semaine que ces attaques conjuguent à la fois les FARDC, les Maï-Maï et les forces génocidaires rwandaises , avec l’appui de la brigade offensive de l’Onu et de sa composante tanzanienne, envoyée en première ligne, ainsi que les sud-africains, essentiels pour leur aviation et surtout leurs gros hélicoptères d’attaque.

Depuis une semaine, le scénario s’est répété : d’importants bombardements suivis d’offensives d’infanterie se soldent systématiquement par des déroutes de celle-ci et par des compte-rendus fantaisistes, produits aussi bien par les FARDC que la Monusco, qui détaillent leur supposée victoire. Ainsi, tous les jours, il aura fallu vérifier et revérifier l’information, pour constater, à chaque fois, que ces informations répercutées par la presse mondiale, n’avaient simplement aucun fondement.

Il semble bien néanmoins que les assaillants sont loin d’abandonner leur objectif. Même après leur déroute humiliante de cette semaine – où près d’une centaine de soldats des FARDC auront dû se réfugier… – au Rwanda, on n’aura entendu que les communiqués triomphalistes de Kinshasa.

Relevons que le Figaro du 22 juillet publie un long article de sa correspondante sur place, dans lequel est rapportée la "victoire" sur le M23, dont les positions de Mutaho et Kanyaruchina seraient prises depuis plusieurs jours, et celle plus au nord, de Kibati attaquée. Si cette dernière attaque au bas de la colline de Kibati est effectivement confirmée, selon nos informations, les positions de Mutaho et Kanyaruchina n’auraient pas bougé. Rappelons qu’il y a deux jours, à Kanyaruchina, la débandade des assaillants a carrément provoqué la fuite d’une centaine d’entre eux au-delà de la frontière rwandaise.

Dans la même période, on aura vu le secrétaire général des Nations unies, M. Ban Ki Moon, qui exprimait le 18 juillet dernier sa « vive préoccupation » face aux allégations de mauvais traitements de détenus et de profanation de cadavres de combattants du M23 par les forces armées congolaises, suite à quoi, la Monusco a lancé un « processus de réexamen » de sa collaboration avec des unités des FARDC soupçonnées d’être impliquées dans ces incidents.

Un courrier du Président du M23, adressé au secrétaire général des Nations unies, en date du 19 juillet 2013, met en évidence ces exactions de l’armée congolaise et la présence de divers bataillons des FDLR qui lui sont associés, et recommande à l’Onu de reconsidérer son soutien à « cette armée barbare ».

Une dépêche de l’AFP, datée du 22 juillet, à 19 heures, rapporte une déclaration du lieutenant-colonel Kazarama, porte-parole militaire du M23, selon laquelle : "nous avons tué trente cinq militaires et FDLR et capturé vingt militaires et FDLR." Il a également affirmé que la position du M23 la plus proche de Goma se situe "à 4 kilomètres de la ville".

[Source : l’Agence d’Information]

Mis en ligne par L’Agence d’information
 23/07/2013
 http://lagencedinformation.com/029-nouvelles-attaques-des-fardc.html
Sauf mention contraire, droits de reproduction et diffusion autorisés selon la licence Creative Commons Attribution BY-SA 4.0

Les habits neufs de l’empire
Guerre et désinformation dans l’Est du Congo

Acheter en ligne (Aviso éditions)


 En savoir plus

Voir aussi

Kinshasa à l’heure du soulèvement

 Vaste réaction populaire contre le coup d’Etat constitutionnel du président Kabila A l’appel de l’opposition politique, le lundi 19 janvier, la capitale de la (...)

Vaste réaction populaire contre le coup d’Etat constitutionnel du président Kabila
A l’appel de l’opposition politique, le lundi 19 janvier, la capitale de la République démocratique du Congo a été paralysée par les manifestants qui n’ont pas reculé face aux tirs à balles réelles de la police et des militaires de la Garde Républicaine. On compte une trentaine de morts et nombreux blessés parmi la population. Des affrontements violents ont aussi eu lieu à Goma, dans le Nord-Kivu, et se poursuivent aujourd’hui, toujours à Kinshasa et dans les principales villes de l’Est.

Vast popular reaction against Kabila’s constitutionnal coup. At the call of politicial opposition, monday 19th, the capital of the Democratic républic of Congo has been paralysed by demonstrators who haven’t step back, facing real bullets shot by the police and the military men from the presidential guard. 30 deaths and many wounded have been counted among the population. Violent confrontations have also occured in Goma, North-Kivu, and are still going on today, in Kinshasa and the main towns of the east.

Mis en ligne par L’Agence d’information

 20/01/2015

L’ONU devient "de fait une partie au conflit", dit MSF

 « Nous ne sommes pas des soldats en blouse blanche ! », lâche Bertrand Perrochet, chef de mission de Médecins sans Frontières (MSF) en République démocratique (...)

« Nous ne sommes pas des soldats en blouse blanche ! », lâche Bertrand Perrochet, chef de mission de Médecins sans Frontières (MSF) en République démocratique du Congo, en tête d’une déclaration rendue à la presse le 5 juillet 2013.

"We are not soldiers in white blouse", says Bertrand Perrochet, head of the french NGO Doctors without borders (MSF) in DRC, to begin the communiqué released the 5th of july 2013.

Mis en ligne par L’Agence d’information

 13/07/2013

Le prisonnier des Grands Lacs

 Si l’histoire a démontré que l’ancien président du CNDP n’était pas à l’origine des problèmes qui sévissent encore aujourd’hui à l’Est de la RDC et dans tout le pays, (...)

Si l’histoire a démontré que l’ancien président du CNDP n’était pas à l’origine des problèmes qui sévissent encore aujourd’hui à l’Est de la RDC et dans tout le pays, son élargissement – mesure à prendre dans un cadre régional et par volonté du président Kabila –, pourrait être l’initiative majeure pour consolider le processus de paix et mettre fin à une situation de non-droit.

If history has shown that the former chairman of the CNDP was not the cause of problems that still plague today in eastern DRC and throughout the country, its enlargement – action that should be taken in a regional framework and by the will of President Kabila –, could be the major initiative to consolidate the peace process and put an end to a situation of lawlessness.

Mis en ligne par L’Agence d’information

 24/01/2014