Rumeurs de coup d’état raciste à Kinshasa

27/06/2013
27/06/2013

Le vieil opposant Etienne Tshisekedi préparerait un coup d’état pour renverser Joseph Kabila ces tout prochains jours. Des manifestations sur différents thèmes sont annoncées à Goma comme à Kinshasa.

Old time opposition leader, Etienne Tshisekedi, could be preparing a coup d’état, in the next days. Demonstrations on different issues will be held in Goma and Kinshasa.

La rumeur d’un coup d’état enfle à Kinshasa où des tracts circulent en ville appelant au renversement du "tutsi" Joseph Kabila. Simultanément à Goma, épicentre oriental de la politique congolaise, d’autres tracts appellent à des manifestations contre le concessionnaire des travaux de voirie publique – accusé d’incurie.

Un article du Kongo Times détaille le scénario : il pourrait s’agir d’un coup d’état au bénéfice d’Etienne Tshisekedi, considéré comme le président élu des dernières élections de 2011 – du fait des nombreuses irrégularités qui avaient permis la victoire de Kabila.

Ces tracts appellent au "jour de libération" : le 30 juin. S’inscrivant dans la logique de l’intervention de l’ONU, il s’agit de "chasser tous les mercenaires rwandais, le M23". Est également évoqué à répétition un "ultimatum" de François Hollande – à Kabila ? – qui aurait expiré le 14 juin, sans qu’on puisse en savoir plus.

Selon les diverses sources, l’échéance de cet éventuel coup d’état est annoncée pour fin juin-début juillet.

Crédibilisant la rumeur, le Kongo Times précise : "le Président élu, Etienne Tshisekedi contrôle réellement une bonne quantité des militaires FARDC et policiers", et ne cache pas ses sympathies : "Etienne Tshisekedi, vrai détenteur des aspirations profondes du Peuple Congolais".

Le caractère raciste de cette mobilisation semble faire peu de doutes, le coup d’état s’appuyant sur "les officiers généraux de souche congolaise".

Ses auteurs considèrent bénéficier du soutien au moins tacite de la Monusco – les 20 000 hommes des troupes onusiennes mobilisés sur le territoire congolais, et renforcé ces jours d’une brigade "offensive" à l’orientation également très anti-rwandaise.

On parlait aussi hier de la mobilisation de troupes congolaises et rwandaises de part et d’autre de la frontière orientale.

[Source : l’Agence d’Information - dépêche n°7]

Mis en ligne par L’Agence d’information
 27/06/2013
 http://lagencedinformation.com/013-rumeurs-de-coup-d-etat-raciste-a.html
Sauf mention contraire, droits de reproduction et diffusion autorisés selon la licence Creative Commons Attribution BY-SA 4.0

Les habits neufs de l’empire
Guerre et désinformation dans l’Est du Congo

Acheter en ligne (Aviso éditions)


 En savoir plus

Voir aussi

Carnage au bord du grand fleuve

 Du 16 au 18 décembre, 890 personnes ont été tuées à l’arme automatique en moins de 48 heures à Yumbi, dans la province de Maï Ndombe frontalière avec la (...)

Du 16 au 18 décembre, 890 personnes ont été tuées à l’arme automatique en moins de 48 heures à Yumbi, dans la province de Maï Ndombe frontalière avec la République du Congo. Les assaillants, arrivés de Kinshasa et d’un village limitrophe, encadraient les membres d’une communauté locale.

L’un des plus grands massacres de l’ère Kabila a été déguisé en conflit ethnique alors que le mobile politique ne fait pas de doute.

Le gouverneur de la province, proche du régime, est indiqué comme l’organisateur de cet acte de génocide visant la communauté Banunu.

Mis en ligne par L’Agence d’information

 31/01/2019

RDC : Le Sud-Lubero à feu et à sang

 Pendant que les affrontements entre les deux communautés dans le Nord-Kivu prennent une ampleur inquiétante, on lit dans un rapport onusien fuité des (...)

Pendant que les affrontements entre les deux communautés dans le Nord-Kivu prennent une ampleur inquiétante, on lit dans un rapport onusien fuité des révélations troublantes sur un grave incident qui avait opposé les Casques bleus à l’armée congolaise. L’implication de cette dernière dans les massacres qui depuis un an et demi endeuillent le Grand Nord de la province est évoquée. Est-on en face d’une manœuvre obscure du pouvoir et de complicités au sein de la Mission des Nations Unies (MONUSCO)

Mis en ligne par L’Agence d’information

 8/02/2016

Bataille près de Goma entre FARDC et M23

 "Graves combats aux portes de Goma (Munigi) entre Fardc et M23 depuis 11h", apprend-on à l’instant, ce dimanche 14 juillet 2013. On trouve confirmation de (...)

"Graves combats aux portes de Goma (Munigi) entre Fardc et M23 depuis 11h", apprend-on à l’instant, ce dimanche 14 juillet 2013.

On trouve confirmation de cette information avec un tweet de Bertrand Bisimwa, président du M23 : "Le gouvernement de Kinshasa lance la guerre depuis 14h contre le M23 à Mutaho à 10 km de Goma".

Deuxième tweet de confirmation : le journaliste, basé à Kigali, Albert Rudatsimburwa, ‏qui donne son analyse : "Kabila working very hard to drag FIB into fights. FARDC launched attack on M23 10km from Goma." [Kabila fait tout ce qu’il peut pour entraîner la Brigade d’intervention dans les combats] contre le M23.

[Source : l’Agence d’Information]

Mis en ligne par L’Agence d’information

 14/07/2013