Mouvements de troupes et préparatifs guerriers au Kivu

20/06/2013
20/06/2013

Une attaque générale contre les positions du M23 pourrait bien être en train de se préparer. Ne remontent, toutefois que très peu d’informations. Sont évoqués des "experts français". On attend confirmation.

A general attack against the M23 zone could be unfolding. But very few news arrive. Some "french experts" are mentioned. We wait for confirmation.

On apprenait le 18 juin qu’il y aurait « des mouvements massifs des éléments armés de FDLR et FARDC partis dans la journée de Bambo et de Tongo avec pour mission d’attaquer Kalengera et Rumangabo ». « Une autre troupe de même composition, assistée d’experts Français » devait « tenter de contourner les positions avancées du M23 autour de Goma, pour déboucher vers Kibumba et traverser la frontière congolo-rwandaise afin d’aller déstabiliser le Rwanda »... [1]

Parlant toujours au futur, la même dépêche évoquait l’entrée en lice des forces sud-africaines, la South Africa National Defence Force (SANDF), supposée « faire effectuer à ses avions, les vols de reconnaissance, cette nuit du 18 au 19 Juin ».

Notre correspondant à Goma confirme qu’il y a eu de nombreux vols d’hélicoptères, le 19 en fin de journée : « Ça circule grave »

Dans le silence général des médias, que ce soit pour démentir ou pour confirmer ces informations, on apprenait à Kinshasa qu’« une dizaine d’éléments du M23 ont été tués » ainsi que c’était déjà annoncé la semaine dernière de façon infondée. Cette dépêche ajoute que la « circulation est restée bloquée depuis ce lundi 17 juin entre Rutshuru centre et Rubare sur la route vers Goma » – ce qui laisse entendre que les mouvements de troupes dénoncés pourraient bien avoir eu lieu. [2]

D’autre part, on apprenait que se seraient produit de « brefs combats d’une rare violence entre les combattants Maï-Maï des Forces de la défense des intérêts du peuple et un convoi des rebelles éléments du M23 ».

Ainsi, en dépit des pourparlers de Kampala, ce serait un front composé des forces offensives des Nations unies alliées aux FARDC, aux forces génocidaires (FDLR), et auxquelles il faudrait ajouter les redoutables Maï Maï, qui se mettrait en position pour attaquer le M23.

On attend confirmation.

[Source : l’Agence d’Information - dépêche n°5]

Mis en ligne par L’Agence d’information
 20/06/2013
 http://lagencedinformation.com/011-mouvements-de-troupes-et.html
Sauf mention contraire, droits de reproduction et diffusion autorisés selon la licence Creative Commons Attribution BY-SA 4.0

Les habits neufs de l’empire
Guerre et désinformation dans l’Est du Congo

Acheter en ligne (Aviso éditions)


 En savoir plus

Voir aussi

RDC Congo : Une fosse commune avec 425 corps découverte à Kinshasa

 Il est incontestable que de véritables escadrons de la mort étaient opérationnels pendant les journées de lutte contre la loi-Boshab. S’il s’avère, comme il (...)

Il est incontestable que de véritables escadrons de la mort étaient opérationnels pendant les journées de lutte contre la loi-Boshab. S’il s’avère, comme il est assez probable, que dans le charnier de Maluku ont été inhumés les morts tués par les nervis du pouvoir, les Congolais peuvent réclamer l’application de l’article 64 de la Constitution.

There is no doubt that real death squads were operationnal during the days of the fight against the Boshab law. If it turns out that, as it is very likely, in the mass grave of Maluku have been buried the dead people killed by the regime’s thugs, the Congolese may reclaim the application of the 64th article onf the constitution.

Mis en ligne par L’Agence d’information

 5/04/2015

RDC. Sanctions : Kalev or not Kalev…

 Les premiers voudraient l’insérer dans la liste des officiels rdcongolais coupables de violation des droits humains, les deuxièmes rechignent. Parmi les (...)

Les premiers voudraient l’insérer dans la liste des officiels rdcongolais coupables de violation des droits humains, les deuxièmes rechignent. Parmi les effets de cette querelle, on enregistre que les mesures de l’Union Européenne tardent à venir.

Mis en ligne par L’Agence d’information

 21/05/2017