16/06/2013

La situation reste extrêmement tendue à Goma, où les enlèvements se poursuivent et où les autorités locales, le maire de la ville, comme le président et le vice-président du Conseil provincial, ont été "rappelés" à Kinshasa.

The situation remains extremely tense in Goma, where abductions are ongoing, while local authorities – the city mayor and the president and vice-president of the Provincial Council – have been summoned to Kinshasa.

On apprenait vendredi 14 juin 2013 que le maire de Goma aurait été arrêté. Il serait en fait « rappelé » à Kinshasa, ainsi que le président de l’assemblée provinciale et son vice-président. Les observateurs, à Goma, considèrent que cela signifie une volonté de mainmise totale du Président Joseph Kabila sur les institutions régionales.

L’assemblée régionale contestait le gouverneur Julien Paluku, soutenu par Kinshasa, et cette suppression des autorités locales ferait tourner court la révocation de celui-ci voulue par l’assemblée.

L’information suivant laquelle des militaires bayamulenge auraient été écartées des FARDC demande à être confirmée, mais rappelle un cas précédent, autour du 20 mai, où ils avaient été éloignés de la ligne de front.

Il y a près d’un mois maintenant, le 20 mai, lorsqu’après six mois de trêve relative les affrontements ont repris autour d’un point d’approvisionnement en eau, à une douzaine de kilomètres de la ville de Goma, avec le M23 d’un côté et les FARDC associés aux les FDLR de l’autre, la guerre contre « l’ennemi intérieur » s’est déclenchée sur les arrières, à Goma et à Bukavu. Celle-ci consiste d’abord en une suspension de la légalité ordinaire, à laquelle correspond le rappel à Kinshasa des autorités locales.

« Les autorités de Kinshasa ne l’utilisent pas seulement pour faire vivre la terreur, mais aussi pour forcer les gens à aller d’eux-mêmes dans les camps de réfugiés du Rwanda », selon un analyste.

Ainsi, depuis plusieurs semaines, les enlèvements se multiplient, à domicile ou dans la rue – comme dans un cyber café. Mais le phénomène arrive à un point, depuis quelques jours, où il y a « peur dans la ville ». « Les enlèvements sont une réalité », et correspondent bien à une « offensive réelle ».

Les recoupements effectués à Goma confirment les arrestations de ces derniers jours. Si la police secrète (Agence nationale du renseignement – ANR) « ratisse large », ces arrestations concerneraient des dizaines de personnes et non des centaines comme l’indiquaient le Chimpreports, de Kampala, il y a trois jours. Notons que selon le site Soleil du Graben, une liste de 200 personnes enlevées aurait été établie.

Si on ne connait pas le nombre total de personnes embarquées par l’ANR malgré les tentatives de recoupements effectuées depuis trois jours – d’autant que le phénomène perdure –, on dénombre avec certitude des dizaines d’arrestations et dix personnes, auxquelles la police secrète s’intéresserait particulièrement, ont été embarquées à Kinshasa.

Ainsi, dans ce climat de « psychose » où l’on hésite à circuler, il se peut que « des gens soient arrêtés sans qu’on le voie, et on le saura trop tard », notera un observateur. Auront été recensés nominalement des dizaines de personnes. On connaît aussi le cas de deux personnes relâchées.

Dans son édition du 30 mai 2012, l’hebdomadaire parisien Courrier International a reproduit un article du Potentiel de Kinshasa, un journal réputé pour sa virulence anti-rwandaise, intitulé « Tutsis, rentrez chez vous ! ». La présentation de l’article résume son propos : « La solution à cette guerre sans fin ? Que les tutsis congolais rentrent chez eux. »

Cette publication dans un journal français du programme raciste le plus radical a contribué à faire monter l’inquiétude et les risque de chasse à l’homme au Congo.

Rappelons que cette vague d’enlèvement intervient au moment où les troupes tanzaniennes sont mises en place – un millier d’hommes –, dans le cadre de la brigade « offensive » de l’ONU destinée à être composée également de sud-africains et de malawites, trois mille hommes en tout, qui seront sous commandement tanzanien.

Les récentes déclarations du Président tanzanien Jakaya Kikwete, ne cachant pas sa solidarité avec les forces génocidaires (FDLR), en réclamant qu’elles soient admises à la table de négociation, permet de penser que cette arrivée de troupes tanzaniennes pèse dans le sens d’une radicalisation dont témoigne cette vague d’enlèvements.

On avait déjà pu assister à la réouverture des hostilités, depuis plusieurs semaines. Celle-ci est suivie maintenant de l’instauration de la terreur dans les villes du Kivu, sous les yeux des troupes tanzaniennes, et de l’ensemble des forces onusiennes.

[Source : l’Agence d’Information - dépêche n°4]

Mis en ligne par L’Agence d’information
 16/06/2013
 http://lagencedinformation.com/008-climat-de-psychose-a-goma.html
Sauf mention contraire, droits de reproduction et diffusion autorisés selon la licence Creative Commons Attribution BY-SA 4.0

Les habits neufs de l’empire
Guerre et désinformation dans l’Est du Congo

Acheter en ligne (Aviso éditions)


 En savoir plus

Voir aussi

Silence inquiétant sur le front de Masisi

 Trois mois et demi après la fin des hostilités entre le gouvernement et le M23, la guerre, la violence des milices et l’épuration ethnique sont toujours (...)

Trois mois et demi après la fin des hostilités entre le gouvernement et le M23, la guerre, la violence des milices et l’épuration ethnique sont toujours d’actualité au Nord-Kivu. Les tueries de civils rwandophones, à Nyamaboko, et des militaires FARDC, à Bukombo, par une coalition de groupes extrémistes qui ont le soutien des autorités de la province, ne sont pas mentionnées dans la presse nationale, ni dans les déclarations officielles de Kinshasa, la Monusco se limitant à un communiqué laconique. Cette attitude trahit les responsabilités du pouvoir qui rechigne à se débarrasser des faucons responsables de l’insécurité et de la haine ethnique dans cette région orientale de la République démocratique du Congo.

Three and a half months after the end of hostilities between the government and the M23, war, militia violence and ethnic cleansing are still current in North Kivu. The killing of rwandophones civilians, in Nyamaboko, and Fardc soldiers in Bukombo, by a coalition of extremist groups supported by the authorities of the province, are not mentioned in the national press or in Kinshasa’s official statements, Monusco issuing no more than a terse statement. This attitude betrays the responsibilities of power that is reluctant to get rid of hawks responsible for insecurity and ethnic hatred in the eastern region of the Democratic Republic of Congo.

Mis en ligne par L’Agence d’information

 22/02/2014

Les rafles de Tutsi continuent à Goma

 Ethnic cleansing is still unfolding in Goma and eastern Congo. The local Tutsi, named banyamulenge, are whipped out of the national congolese army (FARDC), (...)

Ethnic cleansing is still unfolding in Goma and eastern Congo. The local Tutsi, named banyamulenge, are whipped out of the national congolese army (FARDC), as the arrest of men and women "looking as Tutsi" keep going on, under the eyes of Monusco.

Le nettoyage ethnique se poursuit à Goma et dans l’est-Congo. Les banyamulenge, Tutsi autochtones, sont mis à l’écart des forces armées congolaises (FARDC), et les arrestation d’hommes et de femmes "à l’apparence Tutsi" se poursuivent, sous les yeux des soldats de la Monusco.

Mis en ligne par L’Agence d’information

 14/06/2013

RDC. Sanctions (2) : Paris quitte et… double

 Cédant aux pressions anglaises, la France aurait finalement accepté que le puissant patron des renseignements congolais, son protégé, soit inclus parmi les (...)

Cédant aux pressions anglaises, la France aurait finalement accepté que le puissant patron des renseignements congolais, son protégé, soit inclus parmi les officiels soumis aux sanctions, mais à la place du général Mundos…

Mis en ligne par L’Agence d’information

 23/05/2017

Mots-clés