Plusieurs centaines de personnes raflées à Goma et Bukavu

12/06/2013
12/06/2013

Depuis mardi soir, 11 juin 2013, des centaines de civils sont en train d’être arrêtés par la police militaire congolaise (Agence Nationale du Renseignement-ANR), à Goma et Bukavu, les deux principales villes du Kivu, à l’est du Congo. Ces arrestations ciblent principalement des personnes rwandophones ou Tutsi.

Since tuesday evening, the 11th of june 2013, hundreds of civilians have been arrested by congolese military police (Agence Nationale du Renseignement-ANR), in Goma and Bukavu, the mains cities, of Kivu in East-Congo. The arrest target mainly rwandophone and Tutsi people.

On apprend ce mercredi soir, 12 juin 2013, que plusieurs centaines de Tutsi sont en train d’être raflés, depuis mardi soir, soit depuis vingt-quatre heures, à Goma et Bukavu, par la police secrète congolaise.

D’après Chimpreports.com-Uganda news, des membres des FARDC, en l’occurrence des équipes de la sécurité militaire, sont en train de procéder à des arrestations de centaines de « suspects », soupçonnés de sympathiser avec le M23, aussi bien à Goma qu’à Bukavu.

Sont visés particulièrement les personnes parlant kinyarwanda, aussi bien des jeunes, élèves ou étudiants, que des fonctionnaires ou des hommes d’affaires. Des civils d’autres origines sont également raflés.

Selon Chimpreports, de nombreux civils ont franchi la frontière rwandaise, pour se réfugier à Gisenyi.

Le porte-parole du gouvernement congolais, M. Lambert Mende, déclarait récemment : « Nous ne signerons pas de cessez-le-feu. Ils [le M23] sont désespérés et faibles, et il est grand temps qu’ils disparaissent. » Aujourd’hui, dans la journée, la délégation congolaise a effectivement quitté la table des négociations à Kampala.

Dans une dépêche publiée ce soir, Radio-Okapi, l’agence d’information de la MONUSCO (Mission de l’ONU pour la stabilisation en République Démocratique du Congo), annonce qu’une « vague d’arrestations de civils accusés de collaborer avec le M23 » a commencé depuis deux semaines à Goma. Les personnes arrêtées seraient systématiquement déportées à Kinshasa. Radio-Okapi évalue à une vingtaine le nombre de personnes arrêtées ces dernières semaines, dont plus d’une dizaine la semaine dernière. Parmi celles-ci, il y aurait un ressortissant libanais. « Ces personnes ont d’abord été mises au cachot de l’Agence nationale de renseignements (ANR), avant d’être transférées dimanche à Kinshasa », selon l’agence onusienne.

Le M23 déclare qu’ils « sont enlevés à leur domicile la nuit comme le jour par des membres des services secrets, torturés et acheminés à une destination inconnue ». Selon l’ANR, il s’agirait de questions relevant de la « sécurité nationale », et il y aurait des « preuves accablantes » de la collaboration des personnes arrêtées avec le M23. Cette vingtaine de personnes, surtout congolaises, mais aussi rwandaises, selon Radio-Okapi, ont déjà été transférées à Kinshasa.

Depuis mardi soir cette vague d’arrestation s’est considérablement amplifiée, les victimes se comptant par centaines, « leur nombre étant impossible à évaluer puisque c’est en cours » selon un observateur.

Rappelons que ceci prend place alors que l’ONU mobilise près de 20 000 hommes dans la MONUSCO, dont 3 000 d’une brigade spéciale « offensive » – pour la première fois dans l’histoire de l’ONU – dont les premiers éléments patrouillent déjà dans Goma depuis cette semaine.

Il y a deux semaines, le Président Tanzanien, Jakaya Kikwete, déclarait qu’il considérait que le gouvernement rwandais devrait accepter de s’asseoir à la table de négociation avec les forces génocidaires (FDLR). Il confirmait ainsi sa sympathie de longue date pour celles-ci. Rappelons également qu’un général tanzanien dirige la brigade spéciale de l’ONU installée à Goma.

[Source : L’Agence d’Information]

Mis en ligne par L’Agence d’information
 12/06/2013
 http://lagencedinformation.com/003-plusieurs-centaines-de-personnes.html
Sauf mention contraire, droits de reproduction et diffusion autorisés selon la licence Creative Commons Attribution BY-SA 4.0

Les habits neufs de l’empire
Guerre et désinformation dans l’Est du Congo

Acheter en ligne (Aviso éditions)


 En savoir plus

Voir aussi

Le tournant de Kingakati

 Lundi 25 août, la réunion de la majorité présidentielle (MP), dans la ferme du chef de l’Etat de la République démocratique du Congo, a établi la démarche pour le (...)

Lundi 25 août, la réunion de la majorité présidentielle (MP), dans la ferme du chef de l’Etat de la République démocratique du Congo, a établi la démarche pour le maintien au pouvoir de ce dernier, avant l’échéance de son deuxième et dernier mandat en 2016. Il n’est plus question d’un simple maquillage de la Constitution, mais d’un projet véritable de rédaction d’un nouveau texte fondamental qui devra être approuvé par voie référendaire.

Monday, August 25, the meeting of the Presidential Majority (MP), on the farm of the Head of State of the Democratic Republic of Congo, establishing the process to maintain the power of the latter, before the end of his second and final term in 2016 is no longer a question of a simple makeup of the Constitution, but a real project on drafting a new basic text to be approved by referendum.

Mis en ligne par L’Agence d’information

 29/08/2014

Les leçons de Nairobi

 Les conclusions du dialogue de Kampala avec les protocoles d’accord signés par les parties comportent davantage d’engagements pour Kinshasa que pour le M23. (...)

Les conclusions du dialogue de Kampala avec les protocoles d’accord signés par les parties comportent davantage d’engagements pour Kinshasa que pour le M23. Et démontrent, à postériori, que la défaite de ce dernier était virtuelle. Le président Kabila en tiendra-t-il compte, maintenant que le président Museveni, artisan de la solution pacifique, sort de la scène ?

The conclusions of the dialogue of Kampala with draft agreements signed by the parties contain more commitments for Kinshasa than for M23. And demonstrate, a posteriori, that the defeat of the latter was virtual. Will president Kabila take it into account, now that president Museveni, craftsman of the peaceful solution, goes out of the stage ?

Mis en ligne par L’Agence d’information

 16/12/2013

Tentatives échouées de rapatriement forcé des combattants ex-M23

 Malgré l’intervention musclée des forces ougandaises dans le camp militaire de Bihanga, les jeunes militaires de l’ancienne rébellion ont opposé une résistance (...)

Malgré l’intervention musclée des forces ougandaises dans le camp militaire de Bihanga, les jeunes militaires de l’ancienne rébellion ont opposé une résistance farouche à leur déportation en RDC, où leur vie est en danger, et les autorités de Kampala ont pour le moment suspendu l’opération.

Despite the strong intervention of the Ugandan forces in the Bihanga military camp, the young soldiers of the former rebellion fiercely resisted their deportation in DRC, where their lives are in danger. Kampala authorities currently suspended the operation.

Mis en ligne par L’Agence d’information

 16/12/2014